À propos de l'OMS

Message de bienvenue du Directeur général de l’OMS

Mai 2014

La sécurité mondiale dépend de la mission qui a été confiée à l’OMS de surveiller étroitement l’évolution constante du monde microbien et de tirer la sonnette d’alarme si nécessaire.

La confirmation d’une flambée de maladie à virus Ebola en Guinée au début de l’année a porté à quatre le nombre de virus émergents dangereux actuellement en circulation, les autres étant les virus de la grippe aviaire H5N1 et H7N9 et le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ou MERS-CoV.

L’augmentation du nombre de cas d’infection par le MERS-CoV constatée dernièrement montre combien une situation stable jusque-là peut changer rapidement.

Le rôle dirigeant de l’OMS dans l’alerte et l’action en cas d’épidémie est bien connu. L’OMS administre également le Règlement sanitaire international, qui a été considérablement renforcé après l’épidémie de SRAS de 2003. Le Règlement énonce des règles qui régissent les procédures de détection, de déclaration et d’endiguement et imposent des obligations et des délais clairement définis.

L’objectif est de déceler précocement les épidémies et de les juguler à leur source, avant qu’elles ne puissent se propager au niveau international. Le fait que plusieurs pays n’ont pas les moyens essentiels pour ce faire est le plus gros obstacle à surmonter pour atteindre cet objectif. Le leadership de l’OMS est, là aussi, indispensable.

L’un des objectifs de la réforme de l’OMS est de donner à l’Organisation la flexibilité nécessaire pour réagir rapidement aux changements. L’instabilité du monde microbien causera à coup sûr de nombreux problèmes du même type à l’avenir.

Le débat sur le programme de développement pour l’après-2015 se poursuit. Je ne doute pas que ce programme relancera les objectifs du Millénaire pour le développement. Le succès du Niger décrit dans le présent numéro montre que n’importe quel pays, même très pauvre, peut réaliser d’immenses progrès en santé s’il le veut vraiment.

Partager