Programme africain de lutte contre l'onchocercose (APOC)

Historique et avenir de l’APOC: chronique et jalons essentiels

1974

Lancement du Programme de Lutte contre l’Onchocercose en Afrique de l’Ouest (OCP). L’objectif de l'OCP est d'éliminer l'onchocercose dans 11 pays africains.

1974–1986

L’OCP utilise des épandages aériens d’insecticides à grande échelle pour tuer les simulies, vecteurs de la maladie.

1987

L’ivermectine est homologué pour utilisation chez l’homme. Le fabricant – Merck & Co., Inc. – s’engage à fournir l'ivermectine gratuitement pendant aussi longtemps que nécessaire.

1988–2002

En plus des épandages aériens d’insecticides, l’OCP utilise des équipes mobiles de personnel sanitaire pour distribuer l'ivermectine. Il y a très peu de participation communautaire et les coûts de revient au système de santé sont élevés.

1989

L'OMS déclare que l'ivermectine peut être administré avec " une supervision minimale ".

1995

Les experts de l'OMS, de la Banque mondiale, et du Programme spécial UNICEF/PNUD/Banque mondiale/OMS pour la recherche et la formation en maladies tropicales (TDR) recrutent une équipe de scientifiques africains pour trouver une méthode plus viable et plus rentable de traitement à l’ivermectine.

1995

Le Programme Africain de Lutte contre l’Onchocercose (APOC) est lancé. L’objectif de l’APOC est d'éliminer l'onchocercose des pays d’Afrique où la maladie demeure endémique. L’APOC couvre 19 pays précédemment non couverts par l'OCP, où les épandages aériens à grande échelle ne sont pas une option viable.

1996

Les résultats d'une étude multi-pays montrent que le traitement à l’ivermectine sous directives communautaires (TIDC) est une approche faisable, efficace et viable.

1997

L’APOC adopte officiellement la stratégie du TIDC, qui s'avère être un énorme succès.

2002

L’OCP cesse ses opérations. L’APOC entame sa Phase II.

2006

Un sommet des partenaires de la lutte contre l’onchocercose se tient à Yaoundé, au Cameroun. Les ministres de la santé signent la " Déclaration de Yaoundé sur la lutte contre l’onchocercose en Afrique " qui renouvelle leur engagement à éliminer l'onchocercose de l’Afrique.

2008 –2015

L’APOC entame sa période de désengagement progressif. Ses opérations seront progressivement transférées aux ministères de la santé dans le but de mettre en place des systèmes nationaux autonomes capables d'éliminer l'onchocercose en tant que problème de santé publique dans tous les pays endémiques de l’Afrique.

2015

Fin du mandat de l’APOC

Partager