Programme africain de lutte contre l'onchocercose (APOC)

Mise en place du traitement à l'ivermectine sous directives communautaires (TIDC): comment ça fonctionne et qui fait quoi

Choix et formation des volontaires

Le processus commence lorsqu’un agent de santé rend visite au chef d'une communauté affectée. Ensemble ils organisent une réunion avec toute la communauté. Lors de la réunion, le concept du traitement à l’ivermectine sous directives communautaires est expliqué.

Formation des distributeurs communautaires
OMS/TDR/Crump
Le personnel de santé forme les distributeurs communautaires

La communauté se réunit ensuite et décide si elle veut adopter la stratégie ou pas. Si elle décide d’aller de l’avant, elle décide à quel moment il serait convenable de distribuer l'ivermectine, comment et où le traitement aura lieu. La communauté décide également quelles personnes parmi ses membres elle veut proposer pour être formées comme distributeurs communautaires ou DC, et comment elle rémunérera ces DC dans son contexte culturel.

La communauté informe l'agent de santé d'une date préférée pour la formation des nouveaux DC. La formation est effectuée par le personnel de santé, qui habituellement forme des personnes de plusieurs communautés en même temps. Les agents de santé sont eux-mêmes formés lors d’ateliers spéciaux organisés par le ministère de la santé et les organisations non-gouvernementales de développement (ONGD).

Formation des distributeurs communautaires
APOC
Les distributeurs communautaires apprennent comment utiliser les bâtons-toises pour estimer le nombre de comprimés d’ivermectine à donner

Les DC sont formés pour être en mesure de :

  • effectuer un recensement
  • utiliser les bâtons-toises pour estimer le nombre de comprimés d’ivermectine à donner
  • détecter et traiter les effets secondaires mineurs
  • adresser les cas d’effets secondaires graves au service de santé le plus proche
  • remplir les formulaires de traitement des ménages
  • tenir les registres de traitement
  • faire un compte-rendu de la campagne de traitement.

Les DC apprennent également les critères d'exclusion du traitement à l’ivermectine, ainsi que les méthodes de stockage et de gestion des comprimés d’ivermectine.

Lorsque la formation est terminée, les DC nouvellement formés effectuent un recensement de leurs communautés. Ils enregistrent les résultats dans un cahier ou dans un registre communautaire imprimé, qui est habituellement gardé chez le chef de la communauté ou chez le DC. Les résultats indiquent au DC combien de comprimés d’ivermectine sont nécessaires pour le traitement.

Enlèvement et distribution des comprimés

Livraison des comprimés d’ivermectine en moto
OMS/APOC/TDR/Crump

La communauté toute entière décide des dates de distribution de l’ivermectine. Les DC procèdent alors à l’enlèvement des comprimés d’ivermectine au poste de santé le plus proche à une date précédemment convenue avec le personnel de santé. L’acheminement de l'ivermectine du port d'entrée dans le pays au poste de santé est assuré par le Groupe de Travail National de Lutte contre l’Onchocercose, qui se compose de l’autorité locale ou nationale et de l’ONGD travaillant dans le pays.

Mesure de la taille d'un homme afin de déterminer la dose d’ivermectine à lui donner
APOC
Un bâton-toise est utilisé pour déterminer combien de comprimés d’ivermectine donner à chacun

Les DC commencent à distribuer les comprimés aux dates convenues par la communauté. Pratiquement toutes les personnes éligibles dans la communauté sont traitées. Les DC surveillent étroitement toute réaction secondaire et le cas échéant, traitent les réactions mineures si possible. Ils adressent tous les cas difficiles ou graves au service de santé le plus proche. Les DC remplissent ensuite les formulaires d’enregistrement du traitement et renvoient une copie au poste de santé où ils ont pris livraison de l'ivermectine. Le personnel de santé vérifie les registres de traitement lors de leurs visites aux communautés.

Répétition du traitement chaque année

Une seule dose d’ivermectine doit être prise une fois par an pendant 16–18 ans pour interrompre la transmission du parasite responsable de l'onchocercose. La raison en est que le médicament tue uniquement les formes larvaires du parasite (les microfilaires) et pas les vers adultes, qui peuvent vivre pendant environ 14 ans chez l'homme, produisant plus de microfilaires chaque jour. C’est seulement lorsque le ver adulte meurt naturellement qu'une personne est libérée de l'infection. Cependant, étant donné que ce sont les microfilaires qui sont responsables de la plupart des symptômes, une seule dose d’ivermectine est suffisante pour soulager les démangeaisons intenses et stopper la progression vers la cécité et les éruptions cutanées graves provoquées par la maladie.

Pour leur permettre de remplir leurs fonctions efficacement, les DC sont recyclés chaque année ou tous les deux ans.

Partager