Programme africain de lutte contre l'onchocercose (APOC)

Cartographie de la co-infection avec la loase (RAPLOA)

Evaluation de la prévalence de la loase
TDR
Pour évaluer rapidement la présence de la loase dans une communauté, on demande aux gens, à l'aide d'une photo, s'ils ont déjà vu des vers dans l’œil de quelqu’un.

Des réactions secondaires graves, parfois mortelles, peuvent se produire chez les personnes qui prennent l'ivermectine pour le traitement de l'onchocercose et qui ont un taux élevé d’infection par la loase (ver dans l'œil). Le risque de réactions secondaires graves est considéré inacceptable chez les communautés des zones endémiques de l’onchocercose où plus de 20% de la population est également infecté par la loase. Il est très important, donc, d’évaluer le niveau d'endémicité de la loase dans une communauté avant d’y lancer le traitement de masse contre l'onchocercose.

Le RAPLOA est une procédure rapide d'évaluation de la loase mise au point par le programme spécial UNICEF/PNUD/Banque mondiale/OMS de recherche et de formation sur les maladies tropicales (TDR) avec l'aide financière de l’APOC. Cet outil utilise un questionnaire simple sur l'historique des vers visibles se déplaçant dans la partie inférieure de l'œil, pour prédire si la loase est présente à des niveaux élevés dans une communauté.

Les résultats du RAPLOA aident à la planification du traitement à l’ivermectine sous directives communautaires, en prédisant les zones où le traitement à l’ivermectine contre l'onchocercose peut être administré sans risque.

Partager