Programme africain de lutte contre l'onchocercose (APOC)

2016 et au-delà: qui fait quoi?

Des efforts sont en cours pour s’assurer que les gouvernements nationaux et autres partenaires préserveront les progrès réalisés vers l'élimination de l'onchocercose et poursuivront les activités de lutte après la clôture de l'APOC en 2015.

Les gouvernements nationaux

Les gouvernements des pays touchés:

  • continueront à fournir un financement durable pour l’approvisionnement des centres de santé périphériques en ivermectine et / ou en un macrofilaricide et superviseront la distribution sous directives communautaires du médicament
  • assureront la supervision et le monitoring de tous les projets de distribution du médicament
  • veilleront à ce que les activités de lutte contre et de surveillance de l'onchocercose soient pleinement intégrées dans leurs systèmes nationaux de santé, et encourageront la mise en œuvre conjointe d'autres interventions (distribution de moustiquaires imprégnées pour lutter contre le paludisme, distribution de vitamine A, etc,.) avec le traitement à l’ivermectine sous directives communautaires (TIDC)
  • continueront à former le personnel de leur système de santé pour qu’il soit en mesure de déterminer où, quand et comment arrêter le traitement de l'onchocercose.

Le Centre de Surveillance Pluri-Pathologique (MDSC)

Le MDSC:

  • renforcera la capacité des pays à assurer la surveillance et les alertera en cas de risques imminents de recrudescence de l'onchocercose
  • soutiendra et renforcera les activités de surveillance au niveau des systèmes nationaux de santé.

Organisations non gouvernementales de développement (ONGD)

Les ONGD:

  • continueront à fournir un appui financier et technique aux projets de traitement sous directives communautaires partout où cela sera nécessaire pour assurer l'élimination complète ou l'éradication de l'onchocercose.

Organisation mondiale de la Santé (OMS)

Les Représentations de l'OMS dans les pays:

  • seront responsables de la supervision, du suivi et de l'évaluation des activités de lutte contre l'onchocercose
  • assureront la supervision de l’approvisionnement et du maintien des stocks d’ivermectine dans tous les pays concernés
  • aideront les pays à mobiliser des fonds pour la distribution d'un macrofilaricide, dans le cas probable où un tel médicament deviendrait disponible
  • seront responsables de la supervision des activités de lutte contre l'onchocercose intégrées dans les systèmes nationaux de surveillance.

Autres partenaires

Les groupes de lutte contre les maladies tropicales négligées et autres partenaires continueront à aider les pays à mobiliser des fonds et à promouvoir la mise en œuvre conjointe des programmes.

Partager