Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Usage efficace du fluor en santé publique

Sheila Jones, Brian A. Burt, Poul Erik Petersen, & Michael A. Lennon

RÉSUMÉ

Les caries dentaires demeurent un problème de santé publique pour de nombreux pays en développement et pour les populations démunies des pays développés. Le présent article présente l’évolution historique des stratégies de santé publique concernant l’utilisation du fluor et des observations quant à leur efficacité. Les premiers travaux de recherche et développement portaient sur les fluorures véhiculés par l’eau (d’origine naturelle ou ajoutés) et leurs effets sur la prévalence et l’incidence des caries dentaires et de la fluorose dentaire. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, les recherches se sont focalisées sur les dentifrices et les bains de bouche au fluor. Plus récemment, des revues systématiques récapitulant le contenu des grandes bases de données ainsi obtenues ont indiqué que la fluoration de l’eau, comme la présence de fluorures dans les dentifrices, permettaient de réduire substantiellement à la fois la prévalence et l’incidence des caries dentaires. L’article présente quatre études de cas illustrant l’utilisation du fluor en santé publique moderne et portant sur :

  • les programmes récents de fluoration de l’eau en Californie, États-unis,
  • la fluoration du sel en Jamaïque,
  • la fluoration du lait au Chili, et
  • la mise au point de dentifrices au fluor « abordables » en Indonésie.

On se préoccupe actuellement de réduire la nécessité de suivre des régimes fluorés reposant uniquement sur l’action des individus et de leurs familles et de diminuer les coûts de la supplémentation en fluor.

L’article recommande aux communautés de ne pas recourir à plus d’un support systémique d’ingestion du fluor (à savoir la fluoration de l’eau, du sel ou du lait) en association avec les dentifrices au fluor, et de surveiller la prévalence de la fluorose dentaire afin de détecter les augmentations de concentration de fluor et les dépassements du niveau acceptable par ces concentrations.

Partager