Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Chique des noix d’arec par les élèves d’établissement d’enseignement secondaire du Commonwealth des Mariannes du Nord (Micronésie)

Eric Oakley, L. Demaine, & Saman Warnakulasuriya

RÉSUMÉ

Objectif

Étudier la prévalence de la chique de noix d’arec chez les élèves des établissements d’enseignement secondaire de Saipan en Micronésie. L’utilisation de la noix d’arec est une pratique locale en Asie méridionale et dans le Pacifique Ouest et Sud. On reconnaît à cette pratique certains effets graves sur la santé et l’Agence Internationale pour la recherche sur le cancer a récemment classé l’usage régulier de la noix d’arec comme cancérogène pour l’être humain. Les données concernant cet usage chez les jeunes sont cependant rares.

Méthodes

Des données sur la consommation de noix d’arec ont été recueillies à l’aide d’un questionnaire auto-administré. Après examen de la muqueuse buccale selon les critères de l’OMS, toutes les pathologies détectables de cette muqueuse ont été enregistrées.

Résultats

Parmi les 309 élèves soumis à l’enquête (âge moyen 16,3 ± 1,5 ans), 63,4 % ont indiqué un usage régulier, ce qui représente la proportion la plus élevée relevée dans une enquête sur une population scolaire. Les affections bucco-dentaires importantes détectées étaient la leucoplasie orale dans 13 % des cas et la fibrose buccale sous-muqueuse chez 8,8 % des enfants.

CONCLUSION

Les résultats obtenus à Saipan laissent à penser que la chique de noix d’arec débute à un âge précoce en Micronésie. Compte tenu de la proportion élevée d’utilisateurs développant une dépendance, ces résultats suscitent de fortes préoccupations à l’égard des conséquences pour la santé bucco-dentaire de cette pratique.

Partager