Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Exploiter les liens intersectoriels entre agriculture et santé pour améliorer la santé et les moyens de subsistance des plus démunis

Corinna Hawkes & Marie Ruel

RÉSUMÉ

Il existe de nombreux liens entre agriculture et santé. Tout d’abord, l’agriculture est indispensable à la santé : elle produit les aliments dont se nourrissent les humains, ainsi que des fibres et des matériaux pouvant servir à les abriter. Dans nombre de pays, c’est aussi un moyen de subsistance important pour les plus démunis. Dans le même temps, des relations peuvent être établies entre agriculture et mauvaise santé : malnutrition, paludisme, affections d’origine alimentaire, VIH/SIDA, maladies transmises par le bétail, maladies chroniques et troubles d’origine professionnelle.

La santé exerce aussi une influence sur l’agriculture : l’état de santé des individus a des effets sur leur demande en produits agricoles et dans les communautés agricoles, un mauvais état de santé des membres diminue les performances professionnelles, les revenus et la productivité, entretenant ainsi une spirale descendante vers la détérioration de la santé.

Le présent article donne un aperçu des relations bidirectionnelles entre agriculture et santé, l’accent étant mis sur le cas des pays en développement. Il présente un cadre conceptuel unique et général, capable de regrouper l’ensemble de ces divers liens. Ce cadre intègre les principales composantes de la chaîne d’approvisionnement agricole (producteurs, systèmes et produits), les préoccupations sanitaires majeures et les mécanismes d’interaction courants entre l’agriculture et les déterminants sanitaires et sociaux suivants : revenus, environnement de travail et accès aux soins et à l’alimentation.

L’existence de ces liens entre agriculture et santé devrait inciter ces deux secteurs à collaborer pour trouver des solutions à leurs problèmes respectifs. Cependant, la coordination entre le secteur de la santé et celui de l’agriculture est encore très limitée. Il faudrait que les organismes représentant ces secteurs à l’échelle mondiale élaborent des politiques et des règles de bonne gestion facilitant une prise en compte globale de leurs problèmes et que les moyens pouvant contribuer à la transposition de ces liens conceptuels en interventions sur le terrain de grande portée soient renforcés à tous les niveaux. Les chercheurs en santé et en agriculture ont besoin les uns comme les autres de collaborer étroitement pour atteindre des objectifs communs.

Partager