Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Giantes inégalités entre riches et pauvres dans le domaine des soins maternels : étude comparative internationale des soins délivrés à la mère et au nouveau-né dans les pays en développement

Tanja AJ Houweling, Carine Ronsmans, Oona MR Campbell, Anton E Kunst

Objectif

Les progrès en direction de l’objectif du Millénaire pour le développement relatif à la santé maternelle sont lents et il faut accélérer le processus d’élargissement de l’accès à des soins par un professionnel de la santé pendant l’accouchement. Le présent article décrit les inégalités entre riches et pauvres dans le recours aux soins de santé maternels et s’efforce d’expliquer ces inégalités à travers des comparaisons avec d’autres types de soins de santé.

Méthodes

Les données d’enquêtes démographiques et sanitaires (DHS) menées dans 45 pays en développement ont été utilisées pour décrire, par quintiles de richesse, les inégalités riches/pauvres en matière de soins maternels (soins avant et pendant l’accouchement délivrés par des professionnels de la santé), de complétude de la couverture vaccinale infantile et de traitement médical des diarrhées et des infections aigües des voies respiratoires (IRA).

Résultats

Les inégalités entre riches et pauvres en matière de soins maternels en général et de soins délivrés pendant l’accouchement par des professionnels de la santé en particulier sont beaucoup plus importantes que celles relatives à la couverture vaccinale ou au traitement des maladies de l’enfance. Les inégalités entre secteur public et secteur privé contribuent pour une large part aux inégalités riches/pauvres concernant la présence lors de l’accouchement d’un professionnel de santé. Dans la plupart des pays, même les soins délivrés lors de l’acouchement par des infirmières ou des sages femmes bénéficient davantage aux riches. Si de fortes inégalités riches/pauvres touchent aussi bien les zones urbaines que rurales, la plupart des naissances intervenues sans l’assistance d’un professionnel de la santé concernent des ruraux pauvres.

Conclusion

Les inégalités riches/pauvres en matière de soins à l’accouchement délivrés par un professionnel de la santé sont beaucoup plus importantes que celles observées pour d’autres formes de soins de santé. Réduire les inégalités riches/pauvres dans l’accès à ces soins est essentiel pour atteindre l’OMD relatif à la santé maternelle. Les plus fortes améliorations de cet accès s’obtiendront en élargissant la couverture des populations rurales pauvres. Des problèmes de disponibilité et d’accessibilité physique ou économique, ainsi que le type de service et des facteurs liés à la demande, semblent les principaux responsables des inégalités riches/pauvres dans les soins reçus lors de l’accouchement. Un effort concerté s’impose pour élaborer des politiques et mener des recherches orientées vers l’équité en vue de faire face aux inégalités considérables entre riches et pauvres en matière de soins maternels.

Partager