Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Identification des éléments empêchant ou facilitant la mise en œuvre des directives visant à réduire les taux d’accouchement par césarienne au Québec

Nils Chaillet, Eric Dubé, Marylène Dugas, Diane Francoeur, Johanne Dubé, Sonia Gagnon, Lucie Poitras, Alexandre Dumont

Objectifs

Etudier la perception par les obstétriciens des directives en matière de pratiques cliniques visant la prise en charge du travail et l’accouchement par les voies naturelles des femmes ayant antérieurement accouché par césarienne et identifier les éléments qui, dans la pratique, entravent ou facilitent la mise en œuvre de solutions obstétricales conformes à ces directives.

Méthodes

L’étude qualitative a été menée dans trois hôpitaux de Montréal représentant environ 10% des naissances au Québec. On a procédé à une collecte de données parmi 10 groupes thématiques, puis à 6 entretiens semi-structurés. Deux chercheurs ont en commun analysé les transcriptions intégrales de ces entretiens selon A manual for the use of focus groups.

Résultats

Les éléments empêchant ou facilitant la mise en œuvre des directives qui ont été identifiés peuvent être classés en trois catégories : 1) niveau hospitalier (politiques de prise en charge et de l’établissement notamment) ; 2) niveau du département (politiques locales, facteurs liés à l’encadrement et à l’organisation, incitations économiques et disponibilités en équipements et en personnel notamment) ; 3) motivations et mentalités des professionnels de santé (préoccupations médico-légales, niveaux de compétences, acceptation des directives et stratégies utilisées pour appliquer les recommandations notamment) et 4) motivations des patientes.

Conclusion

L’identification des éléments empêchant ou facilitant l’adoption des directives est un moyen important pour guider le développement de stratégies efficaces. Les résultats de cette étude laissent à penser que cette adoption peut s’effectuer mieux si les perceptions des professionnels de la santé locaux sont prises en compte dans l’élaboration de recommandations plus acceptables et plus utiles. Nos résultats étayent aussi l’hypothèse selon laquelle les obstétriciens cherchent à mettre en œuvre les meilleures pratiques, mais ont besoin d’outils et d’aides reposant sur des éléments factuels pour évaluer leurs pratiques et améliorer leurs performances. En outre, le contrôle par des pairs des pratiques, préconisé par des dirigeants politiques, a été identifié par les obstétriciens comme la stratégie la plus appropriée pour améliorer l’application des directives dans leur activité.

Partager