Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Baisse de la mortalité infantile au Chili : à qui bénéficie ce progrès ? Inégalités socioéconomiques et géographiques en matière de mortalité infantile de 1990 à 2005

Alexander Warren Hertel-Fernandez, Alejandro Esteban Giusti, Juan Manuel Sotelo

Objectif

Mesurer les inégalités socioéconomiques et les variations du risque de mortalité infantile aux niveaux national et régional au Chili entre 1990 et 2005 et proposer de nouveaux objectifs pour les politiques sanitaires.

Méthodes

L’étude a analysé les registres d’état civil chiliens entre 1990 et 2005 pour déterminer la mortalité infantile par niveau d’éducation de la mère, statut professionnel du chef de famille, cause, âge et lieu du décès. Pour chaque cause et âge de décès, les taux annuels de mortalité infantile et les risques relatifs ont été calculés par niveau d’éducation maternelle et par statut professionnel du chef de familles. On a ensuite dressé la carte des inégalités socioéconomiques en fonction des 29 services de santé régionaux.

Résultats

Les baisses du taux de mortalité infantile national étaient liées à des baisses du taux de mortalité infantile chez les femmes bénéficiant d’un niveau d’éducation élevé, tandis que la stagnation récente du taux national était imputable à de forts niveaux de mortalité infantile chez les femmes non éduquées. Les foyers vulnérables concernés étaient plus exposés au risque de mortalité infantile par maladie infectieuse ou traumatisme. Nous avons aussi relevé une concentration de fortes inégalités socioéconomiques en matière de mortalité infantile dans le nord du pays plus pauvre, dans la partie sud du pays peuplée d’indigènes et dans la conurbation à forte densité de population de Santiago. Enfin, nous signalons d’importantes inégalités dans la couverture par les registres d’état-civil, le nombre de décès infantiles parmi les foyers vulnérables ayant une probabilité nettement plus forte d’être mal défini que dans le reste de la population.

Conclusion

Ces résultats indiquent que les habitants socioéconomiquement désavantagés du Chili sont exposés à un risque significativement plus élevé de mortalité par maladie infectieuse ou par traumatisme pendant leur premier mois de vie. Les efforts pour réduire la mortalité infantile nationale dans des pays comme le Chili doivent comprendre des politiques visant la survie des enfants parmi les populations à risque exposées à des maladies et appartenant à des classes d’âge et à des lieux spécifiques.

Partager