Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Maximiser la contribution de la main d’œuvre au service de la santé publique : l’expérience britannique

F Sim, K Lock, M McKee

Au Royaume-Uni, jusque dans les années 90, les spécialistes en santé publique étaient surtout des médecins. Au cours de la dernière décennie, les contributions à la pratique de la santé publique de spécialistes appartenant à diverses disciplines ont été reconnues, respectées et appréciées. En parallèle à cette évolution du modèle de culture pour la main-d’œuvre spécialisée, on reconnaît de plus en plus l’importance, pour l’amélioration de la santé publique d’autres activités professionnelles pouvant quotidiennement avoir un impact conséquent sur cette santé. Il s’agit notamment de professionnels de la santé publique, comme les agents chargés de la santé environnementale, mais aussi d’une grande variété de professions, allant des chefs de gouvernement locaux aux employés de la restauration qui, malgré l’influence importante de leurs actions sur la santé publique, n’étaient traditionnellement pas considérés comme faisant partie de la main-d’œuvre au service de la santé publique.

Pour améliorer constamment la santé publique, il importe d’exploiter les opportunités de formation et de développement professionnel pour répondre aux divers besoins des différentes catégories de main d’œuvre au service de la santé publique, en identifiant et en mettant en pratique leurs capacités à améliorer la santé. Présenter la tentative anglaise pour répondre aux problèmes de recrutement et de formation de l’éventail de personnes nécessaires pour délivrer des prestations intersectorielles de santé publique efficaces pourrait fournir des idées aux personnes confrontées à des problèmes similaires dans d’autres pays.

Partager