Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

La lutte antivectorielle complète le traitement médicamenteux de masse contre la filariose à W. bancrofti à Tirukoilur (Inde)

IP Sunish, R Rajendran, TR Mani, A Munirathinam, AP Dash, BK Tyagi

Objectif

Déterminer le rôle de la lutte antivectorielle dans l’abaissement des niveaux de transmission de la filariose à W. bancrofti déjà obtenus grâce au traitement médicamenteux de masse et son effet à long terme sur les indices filariométriques.

Méthodes

Trois tournées annuelles de traitement médicamenteux de masse par la diéthylcarbamazine et l’ivermectine ont été complétées par une lutte antivectorielle (billes de polystyrène principalement) dans des villages du Tirukoilur au sud de l’Inde, de 1995 à 1999. On a appliqué par la suite un traitement constitué de diéthylcarbamazine et d’albendazole ou de diéthylcarbamazine seule. On a évalué l’effet du traitement médicamenteux de masse seul ou en association avec la lutte antivectorielle (de 1995 à 2005) sur les indices de transmission vectorielle (comme l’indice d’intensité de la transmission, le taux d’agressivité mensuel, le potentiel de transmission mensuel et le potentiel de transmission annuel). On a analysé les données sur l’infection filarienne dans la communauté pour estimer la prévalence de la microfilarémie et de l’antigénémie au moyen de l’analyse de |² et du test exact de Fisher.

Résultats

La densité vectorielle a sensiblement diminué dans les villages où des mesures de lutte antivectorielle complétaient le traitement médicamenteux de masse et chez les rares moustiques qui subsistaient, l’infestation avait presque entièrement disparu. L’antigénémie filarienne était faible et elle a continué à diminuer considérablement parmis la tranche d’âge 15-25 ans dans les villages bénéficiant à la fois du traitement et de la lutte antivectorielle par rapport aux villages qui ne bénéficiaient que du traitement.

Conclusion

Les avantages du traitement médicamenteux de masse n’ont pu être durablement maintenus qu’en intégrant des mesures de lutte antivectorielle. Il est donc conseillé d’incorporer de telles mesures au Programme mondial d’élimination de la filariose lymphatique car elles offrent un moyen susceptible de réduire le délai d’élimination.

Partager