Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Flambée d’insuffisance rénale aiguë au Panama en 2006: étude cas-témoin

E Danielle Rentz, Lauren Lewis, Oscar J Mujica, Dana B Barr, Joshua G Schier, Gayanga Weerasekera, Peter Kuklenyik, Michael McGeehin, John Osterloh, Jacob Wamsley, Washington Lum, Camilo Alleyne, Nestor Sosa, Jorge Motta, Carol Rubin

Objectif

En septembre 2006, un médecin panaméen a signalé un nombre inhabituel d’insuffisances rénales aiguës inexpliquées, s’accompagnant fréquemment d’un dysfonctionnement neurologique sévère. Douze (57%) des 21 malades sont morts de cette insuffisance. Le présent article décrit l’enquête réalisée sur les causes de la maladie et l’origine de la flambée épidémique.

Méthodes

Une étude cas-témoin et des investigations en laboratoire ont été menées. Les cas (personnes présentant une insuffisance rénale aiguë d’étiologie inconnue et un taux de créatinine sérique ≥ 2 mg/dl) ont été appariés individuellement à des témoins hospitalisés en fonction de l’âge (± 5 ans), du sexe et de la date d’admission (2 jours au plus avant la déclaration du cas ou plus tard). Un questionnaire et des données biologiques ont été recueillis. La principale mesure de résultat était l’odds ratio de la prise de sirop antitussif sur prescription par les cas et les témoins.

Résultats

Quarante-deux cas et 140 témoins ont été inclus dans l’étude. L’âge médian des cas était de 68 ans (plage de variation : 25-91 ans) et 64% d’entre eux étaient des hommes. Après ajustement pour une hypertension ou une pathologie rénale préexistante et pour l’utilisation d’inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, une association importante a été relevée entre la prise de sirop antitussif soumis à prescription et l’apparition de la maladie (odds ratio ajusté : 31,0, intervalle de confiance à 95% : 6,93 - 138). Les analyses de laboratoire ont confirmé la présence de diéthylène glycol (DEG) dans les échantillons biologiques provenant des cas, un taux de contamination par le DEG de 8% des échantillons de sirop pour la toux et un taux de contamination de 22% de la glycérine ayant servi à préparer ce sirop.

Conclusion

L’origine de la flambée était un sirop antitussif contaminé par du DEG. Les investigations ont conduit au rappel d’environ 60 000 flacons de sirop contaminé, à un dépistage à grande échelle des consommateurs potentiellement exposés et au traitement de plus de 100 patients touchés.

Partager