Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Séroépidémiologie de la rubéole : comparaison entre 17 pays des progrès réalisés vers les objectifs internationaux de lutte contre cette maladie

Anthony Nardone, Annedore Tischer, Nick Andrews, Jo Backhouse, Heidi Theeten, Nina Gatcheva, Marios Zarvou, Bohumir Kriz, Richard G Pebody, Kalman Bartha, Darina O’Flanagan, Dani Cohen, Arnis Duks, Algirdas Griskevicius, Joel Mossong, Christopher Barbara, Adrianna Pistol, Margareta Slačiková, Katarina Prosenc, Kari Johansen, Elizabeth Miller

OBJECTIF

Standardiser la surveillance de la rubéole afin de pouvoir comparer la sensibilité à cette maladie entre l’Australie et 16 pays européens et mesurer les progrès vers les objectifs internationaux de lutte antirubéoleuse.

Méthodes

Entre 1996 et 2004, des banques de sérums représentatifs ont été mises en place dans 17 pays en collectant des résidus de sérum ou en réalisant des prélèvements dans les communautés. Ces banques de sérum ont fait l’objet d’analyses dans chaque pays et les résultats de ces analyses ont été standardisés. Au moyen d’un questionnaire, nous avons collecté des informations sur la situation antérieure et actuelle des programmes de vaccination antirubéoleuse de chaque pays. Le pourcentage d’enfants (2-14 ans) séronégatifs (< 4 UI/ml) a été utilisé pour évaluer la sensibilité à la rubéole et les pays ont été classés par niveau de séronégativité en 3 groupes : I (< 5 %), II (5-10 %) et III (> 10 %). La proportion de femmes en âge de procréer sans protection contre la rubéole (≤ 10 UI/ml) a été déterminée et comparée à l’objectif fixé par l’OMS (< 5 %).

Résultats

Seule la Roumanie n’avait pas de programme de vaccination lors de l’enquête, les autres pays appliquant un calendrier de vaccination durant l’enfance par deux doses de vaccin antirougeoleux-antiourlien-antirubéoleux (ROR). D’après le pourcentage d’enfants sensibles, cinq pays ont été classés dans le groupe I, sept dans le groupe II et quatre dans le groupe III. La proportion de femmes en âge de procréer non protégées contre la rubéole était inférieure à 5 % dans cinq pays seulement.

CONCLUSION

Malgré la faible incidence signalée dans de nombreux pays, il faut renforcer la couverture par la vaccination systématique en 2 doses de ROR chez l’enfant, et notamment dans les pays du groupe III. Des campagnes de rattrapage visant les tranches d’âge supérieures et une vaccination sélective des femmes plus âgées s’imposent également dans nombre de pays pour garantir les niveaux d’immunité protectrice nécessaires chez les femmes en âge de procréer.

Partager