Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Action pour la survie des enfants : élimination de la méningite à Haemophilus influenzae type b en Ouganda

Rosamund F Lewis, Annet Kisakye, Bradford D Gessner, Chaplain Duku, John Bosco Odipio, Robert Iriso, Denis Nansera, Fiona Braka, Issa Makumbi, Addy Kekitiinwa

Objectif

Pour guider la politique de vaccination, nous avons déterminé le bénéfice pour la santé publique de l’introduction en Ouganda du vaccin contre Haemophilus influenzae type b (Hib) et estimé l’efficacité de ce vaccin.

Méthodes

Des données de surveillance concernant la méningite bactérienne aiguë chez les enfants de 0 à 59 mois, fournies par trois sites hospitaliers sentinelles entre juillet 2001 et juin 2007, ont été examinées pour déterminer l’incidence de la méningite à Hib, l’efficacité du vaccin anti-Hib par un contrôle cas-témoin et le nombre de cas et de décès dus à cette méningite évitables par la vaccination en Ouganda.

Résultats

Parmi les 13978 enfants de 17 districts suspectés de méningite bactérienne, 269 cas de méningite à Hib ont été confirmés, le nombre de cas de cette maladie dans le groupe passant de 69 pendant l’année précédant l’introduction de la vaccination (2001-2002) à trois pour la période 2006-2007. L’incidence de la méningite à Hib a chuté de 88 cas pour 100 000 enfants de moins de 5 ans l’année précédant l’introduction du vaccin à 13 en l’espace de 4 ans, puis à une valeur quasi nulle pour la cinquième année. L’efficacité de la vaccination en 2 doses ou plus était de 93% (intervalle de confiance, IC, à 95% = 69-99) contre la méningite à Hib confirmée et de 53% (IC à 95% = 11-68) contre la méningite purulente de cause inconnue. En Ouganda, on estime que le vaccin anti-Hib prévient chaque année 28 000 cas de pneumonie et de méningite, 5 000 décès et 1 000 cas de séquelles graves de méningite.

Conclusion

En l’espace de 5 ans, la vaccination infantile anti-Hib a presque éliminé la méningite à Hib du territoire ougandais. Pour préserver à long terme les bénéfices de cette vaccination, on a besoin d’urgence d’un financement durable du vaccin, d’une surveillance continue et de qualité et d’une aptitude du secteur de la santé à délivrer un programme de vaccination énergique.

Partager