Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Pratique de l’avortement par des prestateurs de soins de niveau intermédiaire : politiques, pratiques et perspectives dans plusieurs pays

Marge Berer

D’après des articles trouvés dans les bases de données PubMed et Popline sur la pratique de l’avortement pendant le premier trimestre de grossesse par des prestateurs de niveau intermédiaire, le présent article présente les politiques relatives au type de prestateur de services d’avortement, des études comparatives sur les différents types de prestateurs, les perspectives pour ces prestateurs et l’expérience programmatique acquise en Afrique du Sud, au Bangladesh, au Cambodge, aux Etats-Unis d’Amérique, en France, au Mozambique, en Suède et au Viet Nam. Il montre que des prestateurs de soins de niveau intermédiaire correctement formés, notamment des infirmières, des sages-femmes et d’autres cliniciens non médecins, peuvent pratiquer des aspirations pendant le premier trimestre et des avortements médicaux de manière sûre et bénéfique. En outre, il constate que des projets menés au Kenya, au Myanmar et en Ouganda ont formé avec succès des infirmières obstétriciennes à la dispensation de soins post-avortement en cas d’avortement incomplet par aspiration manuelle et que des études réalisées en Ethiopie et en Inde recommandent la formation de prestateurs tels que des infirmières obstétriciennes auxiliaires aux services d’avortement pour s’assurer qu’elles pratiquent des avortements sans risque chez les femmes à faible revenu. L’article recommande d’autoriser tous les prestateurs de niveau intermédiaire disposant des qualifications nécessaires à pratiquer des avortements pendant le premier trimestre de grossesse et d’intégrer la formation aux soins liés à ces avortements dans l’enseignement de base et la formation clinique destinés à tous les prestateurs de niveau intermédiaire et étudiants du domaine médical, intéressés par l’obstétrique et la gynécologie. Enfin, il lance un appel à documents sur le rôle des prestateurs de niveau intermédiaire dans la prise en charge des avortements médicaux du second trimestre, en vue d’étayer davantage les politiques et les pratiques.

Partager