Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Évaluation des effets supplémentaires produits par la combinaison d’interventions économiques et sanitaires : étude de l’Intervention IMAGE en Afrique du Sud

Julia Kim, Giulia Ferrari, Tanya Abramsky, Charlotte Watts, James Hargreaves, Linda Morison, Godfrey Phetla, John Porter & Paul Pronyk

Objectif

Examiner si l’adjonction d’un programme de formation sur la violence liée au sexe et sur le VIH aux initiatives relevant du microcrédit peut apporter des bénéfices sur les plans sanitaire et social supplémentaires par rapport à ceux fournis par le microcrédit seul.

Méthodes

Des données transversales ont été obtenues pour trois agrégats spatio-temporels sélectionnés au hasard dans des zones rurales d’Afrique du Sud : (i) quatre villages ayant bénéficié pendant 2 ans de l’Intervention IMAGE (Intervention with Microfinance for AIDS and Gender Equity), combinant une intervention de type microcrédit et un programme de formation sanitaire ; (ii) quatre villages ayant bénéficié pendant 2 ans de services de microcrédit uniquement ; et (iii) quatre villages témoins n’ayant été visés par aucune intervention. La détermination des rapports de risques ajustés (RRa) à partir de données sommaires pour les villages a permis de comparer les groupes en fonction des valeurs des indicateurs de bien-être économique, d’autonomisation, de violence exercée par le partenaire intime (VPI) et de comportements à risque pour le VIH. Les effets supplémentaires ont été estimés d’après l’amplitude et la cohérence des RRa.

Résultats

Au total, 1409 sujets (uniquement des femmes, âge médian : 45 ans) ont été recrutés. Au bout de 2 ans, on a constaté des améliorations économiques par rapport au groupe témoin dans les deux groupes bénéficiant d’une intervention : celui desservi par l’Intervention IMAGE et celui ayant accès uniquement à des services de microcrédit. Néanmoins, seul le groupe bénéficiant de l’Intervention IMAGE présentait des associations cohérentes sur l’ensemble des domaines avec l’autonomisation des femmes, la violence exercée par le partenaire intime et les comportements à risque pour le VIH.

Conclusion

L’adjonction d’une composante formation aux programmes de microcrédit destinés à des groupes peut être essentielle pour obtenir des bénéfices sanitaires plus larges. Les agences donatrices devraient encourager les partenariats intersectoriels propices aux synergies et élargir les effets sur le plan sanitaire et social des interventions économiques telles que la microfinance.

Partager