Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Confirmation en laboratoire des cas de rougeole dans des pays où cette maladie est en cours d’élimination : expérience obtenue en 2003 par la République des îles Marshall

Terri B Hyde, Robin Nandy, Carole J Hickman, Justina R Langidrik, Peter M Strebel, Mark J Papania, Jane F Seward & William J Bellini

Objectif

Mettre en lumière la complexité de l’interprétation des dosages en laboratoire de l’immunoglobuline M (IgM), en vue de confirmer les cas d’infection rougeoleuse, dans le cadre d’une flambée de rougeole touchant une population hautement vaccinée, qui a été soumise à une campagne de vaccination de masse en tant que mesure de lutte contre cette maladie.

Méthodes

L’étude a été menée dans la République des Iles Marshall pendant une flambée de rougeole survenue en 2003, lors de l’organisation d’une campagne de vaccination de riposte. Un cas de rougeole était défini comme la présence de fièvre et d’une éruption cutanée, plus un ou plusieurs des symptômes suivants : toux, coryza et conjonctivite. Entre le 13 juillet et le 7 novembre 2003, des échantillons de sérum ont été prélevés chez des cas suspects de rougeole afin de pratiquer des tests sérologiques et des écouvillonnages nasopharyngés ont été effectués en vue d’isoler le virus par rétro-transcription PCR.

Résultats

On a recueilli des échantillons chez 201 cas suspects de rougeole (19% au total) : sur l’ensemble de ceux correspondant à la définition de cas clinique, 45% étaient positifs pour les IgM (IgM+) et, parmi ces derniers cas, 24% avaient été vaccinés contre la rougeole au cours des 45 derniers jours (jusqu’à 45 jours après la vaccination, un résultat IgM+ peut être dû soit à la vaccination, soit à une infection par une souche rougeoleuse de type sauvage). La proportion de résultats IgM+ variait en fonction du tableau clinique, du moment où avait été prélevé l’échantillon et du statut vaccinal. La RT-PCR a donné des résultats positifs sur les échantillons provenant de huit individus négatifs pour les IgM et de quatre individus IgM+ récemment vaccinés.

Conclusion

Pendant les flambées de rougeole, le fait de restreindre le dosage des IgM aux individus satisfaisant la définition clinique de cas et n’ayant pas été vaccinés récemment permet de confirmer les cas de rougeole tout en préservant les ressources.

Partager