Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

La mortalité néonatale, ses facteurs de risque et ses causes : étude de cohorte prospective en population dans une zone rurale du Pakistan

Imtiaz Jehan, Hillary Harris, Sohail Salat, Amna Zeb, Naushaba Mobeen, Omrana Pasha, Elizabeth M McClure, Janet Moore, Linda L Wright & Robert L Goldenberg

Objectif

Evaluer la prévalence, la distribution par sexes et les causes de la mortalité néonatale, ainsi que ses facteurs de risque, dans une population pakistanaise urbaine, ayant accès aux soins obstétricaux et néonatals.

Méthodes

Des femmes de la zone étudiée ont été recrutées à 20-26 semaines de grossesse pour participer à une étude de cohorte prospective en population, réalisée de 2003 à 2005. Des examens physiques, des examens de laboratoires anténatals et des mesures anthropométriques ont été pratiqués et l’âge gestationnel a été déterminé par échographie pour confirmer l’admissibilité dans l’étude. Des données démographiques et sanitaires ont également été recueillies au moyen de formulaires d’étude préalablement testés, par des membres féminins du personnel de recherche formés à cet effet. Les mères et les nouveau-nés ont été revus dans les 48 heures suivant l’accouchement et le 28e jour après la naissance. Tous les décès néonatals ont été analysés à l’aide du système de Pattinson et al. pour leur affecter des causes obstétricales et finales ; leurs circonstances ont été déterminées en interrogeant la mère ou la famille et en examinant les dossiers hospitaliers. On a calculé, les fréquences et les taux de mortalité, ainsi que les intervalles de confiance à 95% associés à ces derniers. On a également déterminé les risques relatifs pour évaluer les associations entre les facteurs de risque éventuels et les décès néonatals. On a fait appel à des modèles de régression logistique pour calculer les odds ratios ajustés.

Résultats

On a déterminé l’issue de l’accouchement pour 1280 (94%) des 1369 femmes participant à l’étude. Le taux de mortalité néonatale à 28 jours était de 47,3 pour 1000 naissances vivantes. Il existait une association entre les naissances avant terme, les accouchements par césarienne et les complications intrapartum, d’une part, et les décès néonatals, d’autre part. Près de 45% des décès sont intervenus dans les 48 heures et 73% dans la première semaine après l’accouchement. Les principales causes obstétricales de décès étaient le travail avant terme (34%) et l’asphyxie intrapartum (21%). Comme causes finales de décès, on relevait, dans l’ordre, les causes liées à l’immaturité (26%), l’asphyxie ou l’hypoxie pendant l’accouchement (26%) et les infections (23%). Ni le fait d’accoucher dans un établissement de soins, ni la réalisation de l’accouchement par un professionnel de santé, n’étaient associés à une baisse du nombre de décès néonatals. Le taux d’accouchement par césarienne était de 19%. Presque tous les nouveau-nés décédés (88%) avaient reçu un traitement et 75% d’entre eux étaient morts à l’hôpital.

Conclusion

Dans une population urbaine disposant d’un accès satisfaisant aux soins de santé, nous avons relevé un taux de mortalité néonatale élevé, souvent dû à des affections évitables. Ces résultats laissent à penser qu’il est essentiel d’améliorer la qualité des services de santé pour faire baisser la mortalité néonatale.

Partager