Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Essai pilote des normes OMS de croissance de l’enfant à Chandigarh : implications pour les programmes indiens en faveur de la santé de l’enfant

Shankar Prinja, Jarnail Singh Thakur & Satpal Singh Bhatia

Objectif

Comparer les prévalences du déficit pondéral obtenues à partir des courbes de croissance de l’Académie Indienne de pédiatrie (reposant sur l’échelle de Harvard) et à partir des nouvelles normes OMS de croissance de l’enfant.

Méthodes

Nous avons sélectionné au hasard 806 enfants de moins de 6 ans dans 45 centres de soins pédiatriques (anganwadi) de la ville de Chandigarh, située au Punjab en Inde, par sondage aléatoire stratifié à plusieurs degrés. Ces enfants ont été pesés et on a calculé quel devait être leur poids en fonction de l’âge d’après les courbes de l’Académie Indienne de Pédiatrie et d’après les références de croissance de l’OMS. Leur état nutritionnel selon les normes OMS a été analysé à l’aide du logiciel statistique Anthro de l’OMS (version bêta du 17 février 2006). Le test du chi2 a été utilisé pour déterminer la signification statistique au niveau de significativité 0,05.

Résultats

La prévalence du déficit pondéral (score de Z < –2) au cours des 6 premiers mois de vie, déterminée à partir des normes OMS, était près de 1,6 fois supérieure à celle obtenue à partir des courbes de l’Académie de pédiatrie. Tous âges confondus, on obtenait une estimation de la prévalence du déficit pondéral 1,4 fois plus élevée en utilisant les courbes de l’Académie de Pédiatrie plutôt que les normes OMS de croissance. De même, la prévalence du déficit pondéral pour l’ensemble des deux sexes, calculée à partir des courbes de l’Académie de Pédiatrie, était supérieure de 14,5% à celle déterminée d’après les normes OMS (p < 0,001). A l’inverse, l’emploi des normes OMS conduisait à une estimation de la malnutrition sévère pour les deux sexes 3,8 fois plus élevée que l’utilisation des courbes de l’Académie de Pédiatrie (p < 0, 001).

Conclusion

Les normes OMS de croissance de l’enfant prévoiront une moindre prévalence globale du déficit pondéral chez l’enfant tout en fournissant cependant un meilleur moyen de suivi de la croissance que les courbes de l’Académie Indienne de Pédiatrie, en particulier pour les 6 premiers mois de vie et chez les enfants sévèrement malnutris.

Partager