Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Nouvelles méthodes d’estimation du taux de dépistage de la tuberculose dans les pays à forte prévalence du VIH : exemple du Kenya

John Mansoer, Suzanne Scheele, Katherine Floyd, Christopher Dye, Joseph Sitienei & Brian Williams

Objectif

Mettre au point de nouvelles méthodes pour estimer le taux de dépistage de la tuberculose à frottis positifs dans les pays de forte prévalence des infections à VIH.

Méthodes

Nous avons estimé ce taux chez les adultes positifs et négatifs pour le VIH et chez l’ensemble des adultes au Kenya. Nous avons utilisé des données de tendance dans le temps des taux de notification de la tuberculose et des données de prévalence de l’infection à VIH chez les adultes et les individus tuberculeux, ainsi que des informations sur les performances du programme de lutte antituberculeuse.

Résultats

En 2006, le taux de dépistage des cas de tuberculose à frottis positifs chez les adultes négatifs pour le VIH était estimé à 79% (intervalle de confiance à 95%, IC : 64-94) et chez les adultes positifs pour ce virus à 57% (IC à 95 % : 26-88), ce qui donnait une moyenne pondérée de 68 % (IC à 95 % : 49-87). En estimant séparément le taux de dépistage pour l’ensemble des cas de tuberculose à frottis positifs, on obtenait une valeur de 72 % (IC à 95 % : 53-91), d’où une moyenne globale pour les trois estimations de 70 % (IC à 95 % : 58-82). Le taux de dépistage de la tuberculose en 1996 étant de 57 % (IC à 95 % : 47-67), l’augmentation entre 1996 et 2006 a été estimée à 13 points de pourcentage (IC à 95 % : 6-20), soit 23 %. En parallèle à cet accroissement, le montant des ressources consacrées à la lutte antituberculeuse au Kenya, y compris les installations et le personnel, a plus que doublé.

Conclusion

En utilisant trois approches pour estimer le taux de dépistage de la tuberculose dans un pays de forte prévalence du VIH, nous avons montré que l’expansion du programme de lutte antituberculeuse kenyan avait entraîné une augmentation de 23 % du taux de dépistage de la tuberculose entre 1996 et 2006. Bien que les méthodes mises au point puissent être appliquées dans d’autres pays de forte prévalence des infections à VIH, cette application doit s’appuyer sur des données précises concernant les tendances de la prévalence de ces infections parmi la population générale et les individus tuberculeux.

Partager