Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Recherche des symptômes de la tuberculose à l’initiative du prestateur de services au Zimbabwe : valeur diagnostique et effet du statut VIH

Elizabeth L Corbett, Abbas Zezai, Yin Bun Cheung, Tsitsi Bandason, Ethel Dauya, Shungu S Munyati, Anthony E Butterworth, Simba Rusikaniko, Gavin J Churchyard, Stanley Mungofa, Richard J Hayes & Peter R Mason

Objectif

Évaluer la valeur diagnostique de la recherche des symptômes de la tuberculose (TB) à l’initiative du prestateur et comment le statut VIH influe sur cette valeur diagnostique.

Méthodes

Nous avons réalisé une analyse secondaire sur des participants sélectionnés au hasard parmi les sujets d’une enquête en communauté concernant la prévalence de la co-infection TB-VIH, menée à Harare, au Zimbabwe. Tous les participants ont répondu à un questionnaire portant sur cinq symptômes et ont fait l’objet d’une culture d’expectorations pour rechercher la tuberculose et d’un dépistage du VIH. Nous avons calculé la sensibilité, la spécificité et les valeurs prédictives positive et négative des différents symptômes et étudié la relation entre ces symptômes et la tuberculose maladie en utilisant l’analyse par régression.

Résultats

Nous avons relevé un ou plusieurs symptômes de la tuberculose chez 21,2 % des 1858 participants positifs pour le VIH (VIH+) et chez 9,9 % des 7121 participants négatifs pour ce virus (p < 0,001). La tuberculose a ensuite été diagnostiquée chez 48 sujets VIH+ et chez 31 sujets VIH-. Cette maladie était présente de manière asymptomatique chez 18 individus positifs à la culture, dont 8 (4 pour chacun des statuts VIH) donnaient des frottis d’expectorations positifs. La toux, quelle que soit sa durée, la perte de poids et pour les participants VIH+ uniquement, la sudation nocturne, constituaient des facteurs prédictifs indépendants de la tuberculose. Chez les participants VIH+, la présence de toux pendant 2 semaines ou plus, chacun des symptômes et l’obtention d’une culture d’expectorations positive présentaient respectivement une sensibilité de 48, 81 et 65 %. Chez les participants VIH-, les sensibilités correspondantes valaient respectivement 45, 71 et 74 %. Les symptômes fournissaient donc une sensibilité et une spécificité similaires chez les deux types de participants, mais chez les sujets VIH+, ils avaient une valeur prédictive positive plus élevée et une valeur prédictive négative plus faible.

Conclusion

La recherche des symptômes à l’initiative du prestateur peut laisser passer même des cas de tuberculose frottis positifs, en particulier chez les individus séropositifs pour le VIH. Le dépistage sur la base des symptômes est utile pour exclure la tuberculose, mais les pays démunis ont besoin d’urgence d’un meilleur outil pour diagnostiquer cette maladie.

Partager