Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Évolution du tabagisme en Chine entre 1993 et 2003: Données des enquêtes du Service national de Santé

Juncheng Qian, Min Cai, Jun Gao, Shenglan Tang, Ling Xu & Julia Alison Critchley

Objectif

La Chine compte près de 350 millions de fumeurs, qui sont le plus souvent des hommes. Utilisant les données des enquêtes du Service national de la Santé, menées en 1993, 1998 et 2003, nous avons (i) estimé les tendances de prévalence et d’arrêt du tabagisme en fonction des variables sociodémographiques et (ii) analysé les taux d’arrêt, les intentions d’arrêter, les raisons d’arrêter et les raisons de rechuter.

Méthodes

Les données ont été recueillies auprès d'environ 57 000 ménages et 200 000 individus par année d'enquête. Les membres des ménages âgés de plus de plus de 15 ans ont été interrogés sur leurs habitudes de fumeurs, sur leurs intentions d’arrêter et sur leur attitude à l’égard du tabagisme. Nous présentons des données descriptives stratifiées par âge, sexe, niveau de revenu et résidence rurale ou urbaine.

Résultats

En Chine, entre 1993 et 2003, le nombre de fumeurs chez les plus de 15 ans a chuté de 60 à 49% chez les hommes et de 5 à 3,2% chez les femmes. Cette baisse est plus marquée dans les régions urbaines. Toutefois, le tabagisme lourd (plus de 20 cigarettes par jour) a considérablement augmenté au total et a doublé chez les hommes. L'âge moyen de la première cigarette a également diminué de près de 3 ans. En 2003, 7,9% des fumeurs ont déclaré avoir l’intention d’arrêter et 6% de ceux ayant déclaré avoir fumé ont arrêté. Parmi les anciens fumeurs, 40,6% d’entre eux stoppent pour cause de maladie, 26,9% pour prévenir une maladie et 10,9% pour des raisons financières.

Conclusion

La prévalence du tabagisme a diminué en Chine au cours de la période d'étude, sans doute à cause d'un effet combiné de l’arrêt de la cigarette, de la réduction de la consommation chez les femmes et d’une mortalité sélective chez les hommes de plus de 40 ans. Cependant, le tabagisme lourd a quant à lui augmenté. Les Chinois arrêtent ou décident rarement d’arrêter de fumer, à l’exception des plus âgés. Des efforts en matière de contrôle du tabagisme sont nécessaires d'urgence, surtout dans les régions rurales.

Partager