Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Baisse de la mortalité infantile dans le Nord du Malawi malgré les taux élevés d’infection par le VIH

A Jahn, S Floyd, AC Crampin, H Mvula, V Mwinuka, E Mwaiyeghele, N McGrath, B Zaba, PEM Fine & JR Glynn

Objectif

Déterminer si les études de routine, telles que les Études démographiques et sanitaires (Demographic and Health Surveys, DHS), ont sous-estimé la mortalité infantile au Malawi.

Méthodes

Au Malawi, les taux et les causes de mortalité infantile ont été obtenus par un système de surveillance démographique (SSD) à enregistrement continu, sur une population de 32 000 habitants. Après un recensement initial, les naissances et les décès étaient notifiés par les informateurs des villages, puis mis à jour chaque mois par les agents recenseurs. La cause du décès était établie par autopsie verbale aussi souvent que possible. L’effet probable de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) sur la mortalité infantile était également estimé à partir des données de surveillance provenant des cliniques prénatales. Les taux de mortalité globale et par âge et étaient comparés avec ceux de la DHS du Malawi de l’année 2004.

Résultats

Entre août 2002 et février 2006, 38 617 personnes-années d’observation ont été enregistrées pour 20 388 enfants de moins de 15 ans. On a compté 342 décès. Les données du nouveau recensement, les visites de suivi à 12 mois et le rapport de la mortinatalité au décès néonatal indiquent que l’enregistrement des décès par le SSD était presque complet. La mortalité infantile était de 52,7 pour 1 000 naissances vivantes, la mortalité chez les enfants de moins de 5 ans était de 84,8 pour 1 000 et la mortalité chez les enfants de moins de 15 ans était de 99,1 pour 1 000. Un cinquième des décès avant 15 ans était imputable à l’infection par le VIH. Les taux de mortalité infantile estimés par le SSD étaient environ 30% inférieurs à ceux des estimations nationales, telles que déterminées par les études de routine.

Conclusion

Le fait que les taux de mortalité infantile basés sur le SSD étaient relativement faibles au sein de la population à l’étude est encourageant et suggère que les faibles taux de mortalité infantile estimés au niveau national sont une représentation juste de la baisse des taux.

Partager