Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Impact d’un programme de rémunération en espèces du travail sur la nutrition et la consommation de nourriture chez les femmes et les enfants soumis à l’insécurité alimentaire dans les zones rurales du Bangladesh

CGN Mascie-Taylor, MK Marks, R Goto & R Islam

Objectif

Déterminer si un programme de rémunération en espèces du travail lors de la période d’insécurité alimentaire annuelle au Bangladesh a amélioré l’état nutritionnel des femmes et des enfants pauvres vivant dans les zones rurales.

Méthodes

Le panel d’étude a concerné un échantillon aléatoire de 895 ménages sur plus de 50  000 ménages engagés dans un programme de rémunération en espèces du travail entre septembre et décembre 2007, mais aussi 921 ménages de contrôle semblables. La taille, le poids et la circonférence du bras à mi-hauteur de la femme et d’un enfant de moins de 5 ans de chaque ménage ont été mesurés au début et à la fin de l’enquête (durée moyenne: 10 semaines). Dans les deux groupes, les femmes ont indiqué des dépenses et une consommation alimentaire pour 7 jours pour le ménage. Les modifications des paramètres ont été comparées entre les deux groupes.

Résultats

Au départ, les deux groupes ne présentaient aucune différence significative. À la fin de l’étude, la différence dans la circonférence du bras à mi-hauteur entre les femmes du groupe d’intervention et le groupe de contrôle avait augmenté de 2,29 mm et la différence dans le poids moyen de 0,88 kg. Chez les enfants, la différence dans les moyennes entre les deux groupes avaient également augmenté en faveur du groupe d'intervention comme suit: taille (0,08 cm; P < 0,05), poids (0,22 kg; P < 0,001), circonférence du bras à mi-hauteur (1,41 mm; P < 0,001) et scores z pour rapport taille-âge (0,02; P < 0,001), rapport poids-âge (0,17; P < 0,001), rapport poids-taille (0,23; P < 0,001) et circonférence du bras à mi-hauteur (0,12; P < 0,001). Les ménages du groupe d’intervention avaient dépensé plus d’argent pour acheter de la nourriture et avaient consommé davantage d’aliments riches en protéines à la fin de l’enquête.

Conclusion

Le programme de rémunération en espèces du travail a entraîné une augmentation des dépenses et de la consommation alimentaires des ménages. De plus, l’état nutritionnel des femmes et des enfants s’est amélioré.

Partager