Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Mise en œuvre de la prophylaxie par le co-trimoxazole et du traitement préventif par l'isoniazide chez les personnes vivant avec le VIH

Anand A Date, Marco Vitoria, Reuben Granich, Mazuwa Banda, Mayada Youssef Fox & Charlie Gilks

Objectif

Mesurer les progrès dans la mise en oeuvre des politiques préconisées concernant la prophylaxie par le co-trimoxazole (triméthoprime + sulfaméthoxazole) et le traitement préventif par l’isoniazide (TPI), identifier les obstacles au développement de politiques nationales et mettre le doigt sur les difficultés dans cette mise en oeuvre.

Méthodes

En 2007, nous avons mené une enquête transversale par messagerie électronique auprès des responsables des programmes contre le VIH/sida de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dans 69 pays sélectionnés comme supportant une forte charge d’infection par le VIH ou de tuberculose associée au VIH. Le questionnaire spécialement conçu à cet effet et auto-administré comprenait des points couvrant les politiques nationales concernant la prophylaxie par le co-trimoxazole et le TPI chez les personnes vivant avec le VIH, les niveaux actuels de mise en oeuvre de ces politiques et les obstacles s’opposant à leur développement ou à leur application.

Résultats

Les 41 pays (59 %) ayant répondu, représentant toutes les Régions de l’OMS, totalisaient 85 % de la charge mondiale de tuberculose associée au VIH et 82 % de la charge mondiale d’infection à VIH. Trente-huit pays (93 %) disposaient d’une politique nationale établie pour la prophylaxie par le co-trimoxazole, mais seulement 66 % d’entre eux (25/38) étaient parvenus à mettre en oeuvre cette politique à l’échelle du pays. S’agissant du TPI, 21 pays sur 41 (51 %) disposaient d’une politique nationale, mais 28 % seulement d’entre eux (6/21) avaient réussi à la mettre en oeuvre à l’échelon national. Malgré les progrès importants dans le développement d’une politique pour la prophylaxie par le co-trimoxazole, la disponibilité limitée de ce médicament pour cette indication et la déficience des systèmes de gestion de l’approvisionnement en médicaments ont fait obstacles à l’application de cette politique à l’échelle nationale. Une intensification insuffisante de la recherche des cas de tuberculose et des préoccupations concernant la résistance à l’isoniazide ont nui au développement et à la mise en oeuvre des politiques nationales relatives au TPI.

Conclusion

En dépit des progrès enregistrés dans l’application des politiques concernant la prophylaxie par le co-trimoxazole et le TPI préconisées par l’OMS, ces interventions restent sous-utilisées. Il faut d’urgence prendre des mesures pour faciliter le développement et la mise en oeuvre de ces politiques.

Partager