Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Invalidité post-encéphalitique : conception et validation d’une nouvelle échelle d’évaluation

Penny Lewthwaite, Ashia Begum, Mong How Ooi, Brian Faragher, Boon Foo Lai, Indunil Sandaradura, Anand Mohan, Gaurav Mandhan, Pratibha Meharwade, S Subhashini, Gulia Abhishek, Asma Begum, Srihari Penkulinti, M Veera Shankar, R Ravikumar, Carolyn Young, Mary Jane Cardosa, V Ravi, See Chang Wong, Rachel Kneen & Tom Solomon

Objectif

Développer un outil simple pour évaluer la gravité de l’invalidité résultant de l’encéphalite japonaise et, en conséquence, la probabilité de dépendance de l’enfant.

Méthodes

Une nouvelle échelle d’évaluation basée sur un questionnaire de 15 questions a été développée après une analyse de la littérature, l’examen des outils d’évaluation actuels, une discussion avec les experts et une étude pilote. L’échelle a été utilisée pour évaluer 100 enfants en Malaisie (56 patients atteints d’encéphalite japonaise, 2 patients atteints d’encéphalite d’étiologie inconnue et 42 contrôles) et 95 en Inde (36 patients atteints d’encéphalite, 41 patients atteints d’encéphalite d’étiologie inconnue et 18 contrôles). La variabilité inter et intra-observateurs dans l’échelle d’évaluation a été déterminée et l’échelle a été comparée avec une évaluation clinique complète.

Résultats

Il a été observé une bonne correspondance inter-observateurs dans l’utilisation de la nouvelle échelle pour identifier la dépendance probable (Κ=0,942 pour les enfants malais; Κ=0,786 pour les enfants indiens), ainsi qu’une bonne correspondance intra-observateurs (Κ=1,000 et 0,902, respectivement). De plus, la correspondance entre la nouvelle échelle et l’évaluation clinique a été bonne (Κ=0,906 et 0,762, respectivement). La sensibilité et la spécificité de la nouvelle échelle d’évaluation de la probabilité de dépendance des enfants ont été de 100 % et de 98,4 % en Malaisie et de 100 % et de 93,8 % en Inde. Les valeurs prédictives positives et négatives ont été de 84,2 % et de 100 % en Malaisie et de 65,6 % et de 100 % en Inde.

Conclusion

Le nouvel outil pour l’évaluation de l’invalidité des enfants après encéphalite japonaise a été simple à utiliser et les résultats présentent une bonne corrélation avec l’évaluation clinique.

Partager