Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Sécurité alimentaire en Afrique du Sud: un examen des enquêtes nationales

Demetre Labadarios, Zandile June-Rose Mchiza, Nelia Patricia Steyn, Gerda Gericke, Eleni Maria Winifred Maunder, Yul Derek Davids & Whadi-ah Parker

Objectif

Évaluer l'état de la sécurité alimentaire - à savoir l'accès aux aliments, leur disponibilité et leur utilisation, en Afrique du Sud.

Méthodes

Examen systématique des enquêtes nationales utilisant l'indice du Projet communautaire d'identification de la faim chez l’enfant (CCHIP) a été effectué pour évaluer la sécurité alimentaire en Afrique du Sud sur une période de 10 ans (1999 à 2008). Des données anthropométriques pour des enfants âgés de 1 à 9 ans ont été utilisées pour évaluer l'utilisation des aliments, et des données d'inventaire relatives aux aliments des ménages ont été utilisées pour évaluer les disponibilités alimentaires.

Résultats

Seules trois enquêtes nationales ont utilisé l'indice CCHIP, à savoir l'Enquête nationale sur la consommation alimentaire (NFCS) de 1999 et 2005, et l'Enquête sur les attitudes sociales sud-africaines de 2008. Ces enquêtes ont montré une diminution relativement importante de l'insécurité alimentaire entre 1999 et 2008. Cependant, la tendance qui se dégageait de manière constante, indiquait que, dans les ménages plus pauvres, les femmes donnaient une alimentation pauvre à leurs enfants ou qu'elles sautaient des repas pour que leurs enfants puissent manger. En termes d'accès aux aliments et de disponibilité de ceux-ci, l'enquête NFCS de 1999 a montré que les ménages jouissant d'une sécurité alimentaire consommaient une moyenne de 16 aliments différents sur une période de 24 heures, tandis que les ménages plus pauvres consacraient moins d'argent aux aliments et consommaient moins de 8 aliments différents. Par ailleurs, les enfants avaient de faibles scores moyens pour la diversité alimentaire (3,58; écart-type: ± 1,37) et pour la variété diététique (5,52; écart-type:  ± 2,54). En termes d'utilisation d'aliments, le NFCS a montré que le retard de croissance des enfants avait diminué de 21,6% en 1999 à 18% en 2005.

Conclusion

Le gouvernement sud-africain doit mettre en œuvre des mesures pour réduire le niveau d'insécurité alimentaire excessivement élevé des ménages les plus pauvres.

Partager