Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Résultats diagnostiques de l’émaciation sévère et visible dans l’identification de la malnutrition aiguë sévère chez des enfants hospitalisés au Kenya

Polycarp Mogeni, Hemed Twahir, Victor Bandika, Laura Mwalekwa, Johnstone Thitiri, Moses Ngari, Christopher Toromo, Kathryn Maitland & James A Berkley

Objectif

Déterminer la valeur diagnostique de l’émaciation sévère et visible dans l’identification de la malnutrition aiguë sévère dans deux hôpitaux publics du Kenya

Méthodes

Il s’agissait d’une étude transversale réalisée sur des enfants de 6 à 59,9 mois hospitalisés dans un établissement sanitaire rural et dans un établissement sanitaire urbain Lors de l’hospitalisation, on a mesuré leur périmètre brachial moyen (MUAC), leur poids et leur taille, ce qui a permis d'évaluer la présence d’une émaciation sévère et visible Les résultats diagnostiques de l’émaciation sévère et visible ont été comparés aux critères anthropométriques

Résultats

Sur 11 166 enfants hospitalisés, 563 (5%) souffraient de kwashiorkor et 1406 (12,5%) étaient gravement émaciés (MUAC < 11,5 cm). La sensibilité et la spécificité associées de l’émaciation sévère et visible dans les deux hôpitaux comparées à un MUAC < 11,5 cm étaient de 54% (intervalle de confiance de 95%, IC: 51-56) et de 96% (IC de 95%: 96-97), respectivement. Dans l’un des hôpitaux, sa sensibilité et sa spécificité par rapport à un score z de poids / taille inférieur à - 3 étaient de 44,7% (IC de 95%: 42-48) et de 96,5% (IC de 95%: 96-97) respectivement. Les enfants sévèrement émaciés pour lesquels un diagnostic d'émaciation sévère et visible était correct étaient généralement plus âgés, plus sévèrement émaciés, présentaient plus souvent le kwashiorkor, étaient plus souvent séropositifs, avaient été malades plus longtemps et présentaient un risque de décès plus élevé. L’émaciation sévère et visible avait une sensibilité plus faible dans la détermination du risque de décès que les mesures anthropométriques. Il n’existait aucune preuve étayant le fait qu’il faille à la fois mesurer le MUAC et le score z poids/taille.

Conclusion

L’émaciation sévère et visible n’a permis de déceler une malnutrition aiguë sévère que chez la moitié environ des enfants hospitalisés par rapport à un diagnostic anthropométrique. Le dépistage systématique par MUAC est rapide, simple et peu coûteux et il devrait faire partie de l’évaluation type de toutes les hospitalisations pédiatriques étudiées.

Partager