Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Rentabilité de l’artésunate parentéral administré chez les enfants gravement atteints de paludisme en Afrique subsaharienne

Yoel Lubell, Arthorn Riewpaiboon, Arjen M Dondorp, Lorenz von Seidlein, Olugbenga A Mokuolu, Margaret Nansumba, Samwel Gesase, Alison Kent, George Mtove, Rasaq Olaosebikan, Wirichada Pan Ngum, Caterina I Fanello, Ilse Hendriksen, Nicholas PJ Day, Nicholas J White & Shunmay Yeung

Objectif

Étudier la rentabilité de l’artésunate parentéral dans le cadre du traitement d’enfants gravement atteints de paludisme et son impact potentiel sur les budgets hospitaliers.

Méthodes

Les coûts des soins administrés aux patients hospitalisés gravement atteints de paludisme ont été évalués dans 4 des 11 sites participant à l’essai Traitement quinine/artésunate contre le paludisme en Afrique, réalisé sur plus de 5400 enfants. Afin de calculer le coût de l’hospitalisation, les médicaments, les essais en laboratoire et les liquides intraveineux administrés à 2300 patients entre leur admission et leur sortie ont été enregistrés, ainsi que la durée de l’hospitalisation. Les données ont été comparées avec les résultats cliniques regroupés et intégrés à un modèle de décision afin de calculer le coût par année de vie corrigée du facteur invalidité (AVCI) évité et le coût par décès évité.

Résultats

Le coût moyen du traitement des patients gravement atteints du paludisme s’est révélé similaire dans les deux groupes expérimentaux: 63,5 dollars américains (US$) (intervalle de confiance 95% IC: 61,7–65,2) pour le bras recevant la quinine et 66,5 US$ (95% IC: 63,7–69,2) pour le bras recevant l’artésunate. Les enfants traités par artésunate affichaient un taux de mortalité inférieur de 22,5% à ceux recevant de la quinine, et un taux de séquelles neurologiques identique: (bras recevant l’artésunate: 2,3 AVCI par patient; bras recevant la quinine: 3,0 AVCI par patient). En comparaison avec la quinine en tant que ligne de base, l’artésunate a démontré un coût incrémental par AVCI évitée et un coût incrémental par décès évité de 3,8 US$ et 123 US$, respectivement.

Conclusion

Dans le cadre du traitement des enfants gravement atteints de paludisme, l’artésunate constitue une alternative extrêmement rentable et abordable par rapport à la quinine. Les implications budgétaires liées à l’adoption de l’artésunate pour une utilisation habituelle lors des soins hospitaliers sont négligeables.

Partager