Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Évolutions des indicateurs sociodémographiques et sanitaires au Bangladesh, 1993–2007: les inégalités persisteront-elles?

Md Mobarak Hossain Khan, Alexander Krämer, Aklimunnessa Khandoker, Luise Prüfer-Krämer & Anwar Islam

Objectif

Evaluer les niveaux, les évolutions et les écarts entre les plus pauvres et les plus riches, pour des indicateurs sanitaires et de développement humain sélectionnés au Bangladesh.

Méthodes

Les données pour les indicateurs sélectionnés, associés aux caractéristiques sociodémographiques des femmes déjà au moins une fois mariées, l'utilisation de la contraception, la vaccination des enfants, les pratiques de soins prénatals et les conditions de santé ont été extraites des enquêtes démographiques et sanitaires bangladaises menées en 1993–94, 1996–1997, 1999–2000, 2004 et 2007. Les résultats de l'ensemble de l'échantillon et des quintiles les plus pauvres et les plus riches sont présentés.

Résultats

Des évolutions positives ont été observées en termes d'urbanisation, d’accès à l'électricité, d'âge lors du premier mariage, d'utilisation de la contraception moderne, d'accès à des soins prénatals qualifiés, de vaccination infantile, de connaissance de l'infection par le virus d'immunodéficience humaine (VIH), du syndrome d'immunodéficience acquise, ainsi que du surpoids et de l'obésité. En revanche, des évolutions négatives ont été observées en termes d'alphabétisation, de mortalité infantile et juvénile, de taux de fécondité, d'accouchement à domicile, de malnutrition et d'insuffisance pondérale. Cependant, l'évolution de ces indicateurs diffère entre les quintiles les plus riches et les plus pauvres. Par exemple, seul le quintile le plus riche a connu une urbanisation rapide, tandis que l'analphabétisme a diminué plus fortement parmi les plus pauvres. Des écarts notables ont été constatés dans presque tous les facteurs. Les écarts entre riches et pauvres en matière d'urbanisation, d'âge au mariage, de fécondité, d'utilisation du préservatif, d'accouchement à domicile et de surcharge pondérale ont augmenté; en revanche, les écarts en termes d'éducation, d'eau et d'assainissement, d'utilisation de la contraception (à l'exception des préservatifs) et de vaccination des enfants ont diminué.

Conclusion

Les inégalités persistantes au Bangladesh mettent en péril le développement humain équitable et durable du pays. Des stratégies de développement en faveur des pauvres, sur la base des principes d'équité et de qualité, devraient être mises en œuvre pour combler les lacunes existantes et promouvoir davantage le développement humain, holistique, et équitable.

Partager