Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Les taux de mortalité liés au passage de cyclones sont en diminution au Bangladesh: quelles mesures supplémentaires envisager?

Ubydul Haque, Masahiro Hashizume, Korine N Kolivras, Hans J Overgaard, Bivash Das & Taro Yamamoto

Les tempêtes tropicales, comme les cyclones, ouragans et typhons, constituent une menace majeure pour les populations côtières. Près de deux millions de personnes dans le monde ont trouvé la mort et des millions d'autres ont été blessées à cause du passage de tempêtes tropicales au cours des deux siècles derniers. Le Bangladesh est tout particulièrement vulnérable aux cyclones, ces derniers ayant causé 718 000 décès au cours des 50 dernières années. La mortalité liée aux cyclones au Bangladesh a toutefois été divisée par plus de cent au cours des 40 dernières années, passant de 500 000 décès en 1970 à 4234 en 2007. Les principaux facteurs de cette diminution du nombre des personnes décédées ou blessées sont de meilleures mesures de défense, notamment les systèmes d'alerte rapide, des abris capables de résister aux cyclones, les plans d’évacuation, les digues littorales, les programmes de reboisement et une sensibilisation et une communication accrues. Bien que les systèmes d’alerte aient été améliorés, évacuer avant un cyclone demeure un défi. D’importants problèmes résultant en effet de l’analphabétisme, du manque de sensibilisation et d'une mauvaise communication. Malgré les risques potentiels liés aux changements climatiques et aux tempêtes tropicales, il existe peu de connaissances empiriques sur le développement de stratégies efficaces réduisant ou atténuant les effets des cyclones. Le présent document résume les données les plus récentes, et présente la stratégie adoptée au Bangladesh. Il donne des indications sur la façon dont des stratégies similaires peuvent être adoptées dans d’autres pays vulnérables aux tempêtes tropicales. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de permettre aux pays de limiter les risques que les cyclones font courir à la santé publique.

Partager