Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Surveillance de la résistance aux médicaments antituberculeux dans le monde: une analyse actualisée, 2007-2010

Matteo Zignol, Wayne van Gemert, Dennis Falzon, Charalambos Sismanidis, Philippe Glaziou, Katherine Floyd & Mario Raviglione

Objectif

Présenter une mise à jour globale de la tuberculose (TB) pharmacorésistante et explorer les tendances de 1994 à 2010.

Méthodes

Les données relatives à la résistance aux médicaments des nouveaux patients de TB et de ceux traités antérieurement, telles que rapportées par les pays à l'Organisation mondiale de la Santé, ont été analysées. Ces données sont recueillies par des enquêtes représentatives auprès des patients ou des systèmes de surveillance basés sur des tests systématiques de sensibilité. Les associations entre la tuberculose ultra-résistante (TB-UR), le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et le sexe ont été explorées par régression logistique.

Résultats

En 2007-2010, 80 pays et 8 territoires ont fourni des données de surveillance. Parmi les cas nouveaux et traités antérieurement, la TB-UR était la plus élevée dans la Fédération de Russie (oblast de Mourmansk, 28,9%) et la République de Moldavie (65,1%), respectivement. Dans trois pays de l'ex-Union soviétique et en Afrique du Sud, plus de 10% des cas de TB-UR étaient ultra-résistants. Globalement, en 1994-2010, la multirésistance aux médicaments a été observée chez 3,4% (intervalle de confiance 95%, IC: 1,9 à 5,0) de tous les nouveaux cas de TB et 19,8% (IC 95%: 14,4 à 25,1) des cas de TB traités antérieurement. Aucune association générale entre la TB-UR et l'infection au VIH (rapports de cotes, OR: 1,4, IC 95%: 0,7 à 3,0) ou le sexe (OR: 1,1, IC 95%: 0,8 à 1,4) n’a été trouvée. Entre 1994 et 2010, les taux de TB-UR dans la population générale ont augmenté au Botswana, en République de Corée et au Pérou et diminué en Estonie, Lettonie et aux Etats-Unis d'Amérique.

Conclusion

Les taux mondiaux les plus élevés jamais signalés de TB-UR ont été documentés en 2009 et 2010. Les tendances de la TB-UR sont encore peu claires dans la plupart des paramètres. De meilleures données de surveillance ou d'enquête sont nécessaires, surtout en provenance d'Afrique et d'Inde.

Partager