Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Atteinte d'un niveau de couverture élevé pour le programme national rwandais de vaccination contre le papillomavirus humain

Agnes Binagwaho, Claire M Wagner, Maurice Gatera, Corine Karema, Cameron T Nutt & Fidele Ngabo

Problème

Pratiquement toutes les femmes touchées par le cancer du col de l’utérus sont infectées par le virus du papillome humain (VPH). Parmi les 275 000 femmes qui meurent chaque année d'un cancer du col utérin, 88% d’entre elles vivent dans des pays en voie de développement. Deux vaccins contre le VPH ont été approuvés. Toutefois, l'instauration du vaccin dans les pays à revenu faible reste à la traîne depuis 15 à 20 ans par rapport à sa mise en œuvre dans les pays à revenu élevé.

Approche

En 2011, le ministère de la Santé du Rwanda a créé un partenariat avec Merck pour offrir le vaccin Gardasil contre le VPH à toutes les filles d'âge approprié. Le ministère a établi un «partenariat communautaire public-privé» pour en assurer une délivrance efficace et équitable.

Environnement local

Grâce à un effort national majeur en matière de renforcement des systèmes de santé, plus de 90% de tous les nourrissons rwandais âgé de 12 à 23 mois reçoivent l’ensemble des vaccins de base recommandés par l'Organisation mondiale de la Santé.

Changements significatifs

En 2011, le programme rwandais de vaccination contre le VPH a atteint une couverture de 93,23% après la première cycle de trois doses de vaccin parmi les filles de niveau CM2. Cela a été rendu possible grâce à une vaccination en milieu scolaire et à l'implication communautaire dans l'identification des filles absentes ou non inscrites à l'école. Une campagne nationale de sensibilisation a précédé l'administration de la première dose.

Leçons tirées

Grâce à une série de partenariats novateurs, le Rwanda a réduit l'écart historique de deux décennies à seulement cinq ans quant à l'introduction d'un vaccin dans les pays à revenu élevé et faible. Des taux de couverture élevés ont été atteints grâce à une stratégie de délivrance basée sur un système de vaccination solide au Rwanda et à une organisation efficace des ressources humaines. Suite à la décision de l'Alliance GAVI d'initier le financement de la vaccination contre le VPH, l'exemple du Rwanda devrait inciter d'autres pays à envisager une couverture totale du vaccin contre le VPH, bien que la mise en œuvre doive être adaptée au contexte local.

Partager