Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Programmes de circoncision masculine au Kenya: leçons tirées de l’enquête de 2007 sur les indicateurs du SIDA au Kenya

Zebedee Mwandi, Rebecca Bunnell, Peter Cherutich, Jonathan Mermin, Andrea A Kim, Anthony Gichangi, Patrick Mureithi, Timothy A Kellogg, Tom Oluoch, James Muttunga, Carol Ngare, Evelyn Kim & Reinhard Kaiser

Objectif

Conseiller des programmes de circoncision masculine au Kenya en estimant le nombre d’hommes non circoncis et en recherchant l'association entre la circoncision et l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), avec une référence particulière aux hommes non circoncis et non infectés par le VIH.

Méthodes

Des données sur des hommes âgés de 15 à 64 ans ont été obtenues de l’enquête de 2007 sur les indicateurs du SIDA au Kenya, impliquant des entretiens et des prises de sang afin de rechercher la présence du VIH et du virus de l’herpès simplex 2 (VHS-2). La prévalence de l’infection par le VIH et la circoncision dans les provinces kenyanes a été calculée, et les caractéristiques démographiques ainsi que le comportement sexuel des hommes circoncis et non circoncis, des hommes infectés et non infectés par le VIH ont été enregistrés.

Résultats

La prévalence nationale de l’infection par le VIH chez les hommes non circoncis s’élevait à 13,2% (intervalle de confiance de 95%, IC: 10,8–15,7) par rapport à un pourcentage de 3,9% (IC de 95%: 3,3–4,5) chez les hommes circoncis. La province de Nyanza présentait l’estimation du plus grand nombre d’homme non circoncis et d’hommes non infectés par le VIH (601  709), suivie de la vallée du Rift, de Nairobi et de la province occidentale, respectivement, dont la plus grande partie appartenait à la tribu ethnique des Luo. Chez ces hommes, 77,8% ne connaissaient pas leur séropositivité et 33,2% étaient positifs au VHS-2. De plus, 65.3% d’entre eux avaient eu des rapports sexuels non protégés avec une partenaire de statut HIV inconnu ou discordant au cours des 12 derniers mois, et seuls 14,7% d’entre eux utilisaient constamment des préservatifs avec leur dernière partenaire. Cependant, seuls 21,8% des hommes non circoncis et non infectés par le VIH âgés de 15 à 19 ans étaient sexuellement actifs.

Conclusion

La stratégie de circoncision des hommes kenyans doit s’orienter sur les provinces présentant le plus grand nombre d'hommes non circoncis et non infectés par le VIH, mais aussi cibler les jeunes hommes avant ou peut de temps après leur première expérience sexuelle.

Partager