Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Une étude communautaire transversale du syndrome de stress post-traumatique et du soutien social en République Démocratique Populaire Lao

Bouavanh Southivong, Masao Ichikawa, Shinji Nakahara & Chanhpheng Southivong

Objectif

Estimer les symptômes de stress post-traumatiques (PTSD) chez les blessés et non blessés par des mines ou des munitions non explosées en milieu rural en République Démocratique Populaire Lao et déterminer si la perception de l'aide sociale a été associée avec la sévérité des symptômes du stress post-traumatique.

Méthodes

Une enquête communautaire a été menée auprès de 190 personnes blessées par des mines ou des munitions non explosées et de 380 individus non blessés appariés selon l'âge, le sexe et le quartier dans le district de Sepone de la Province de Savannakhet, la partie de la République Démocratique Populaire Lao la plus lourdement bombardée pendant la Guerre du Viet Nam. En utilisant le Questionnaire de Harvard relatif aux Traumatismes vécus et l'Enquête sur l'Aide Sociale de l’Étude des Conséquences Médicales, des travailleurs de la santé qualifiés ont mené des entretiens en face-à-face pour évaluer les symptômes du stress post-traumatique et le niveau de l'aide sociale reçue. Une régression linéaire multiple a été effectuée afin d'étudier l'association entre l'aide sociale et d'autres facteurs et le stress post-traumatique.

Résultats

La prévalence du stress post-traumatique est plus élevée chez les blessés (10%) que chez les non-blessés (4%), mais le niveau de l'aide sociale reçue n'était pas significativement différente entre les deux groupes. Un niveau plus élevé d'aide sociale reçue a été associé à des symptômes plus légers de stress post-traumatique. Les femmes, les personnes âgées et les personnes ayant bénéficié d'un enseignement scolaire sont plus souvent et plus durement touchées par le stress post-traumatique.

Conclusion

La perception d'une aide sociale élevée pourrait aider à soulager les symptômes de stress post-traumatique chez les personnes blessées par des mines ou des munitions non explosées dans les régions rurales de la République Démocratique Populaire Lao. Les interventions psychosociales devraient être incorporées à l'assistance aux blessés car ils ont des symptômes plus graves et plus durables de stress post-traumatique que les non-blessés.

Partager