Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Utilisation des soins de santé maternelle au Viet Nam: augmentation de l'inégalité ethnique

Mats Målqvist, Ornella Lincetto, Nguyen Huy Du, Craig Burgess & Dinh Thi Phuong Hoa

Objectif

Étudier les modifications du fossé des inégalités, survenues entre 2006 et 2010, en termes de fréquentation des soins prénatals et d'accouchement dans les établissements de santé, chez les femmes du Viet Nam.

Méthodes

Les données démographiques, socio-économiques et obstétriques des femmes âgées de 15 à 49 ans ont été extraites de l'Enquête en grappes à indicateurs multiples, effectuée au Viet Nam en 2006 (MICS3) et en 2010-2011 (MICS4). Une régression logistique multivariée a été effectuée pour déterminer si la fréquentation des soins prénatals et le lieu de l'accouchement étaient significativement associés au niveau d'éducation de la mère, à l'origine ethnique de la mère (Kinh/Hoa par rapport aux autres), à la richesse du foyer et au lieu de résidence (urbain ou rural). Ces variables indépendantes correspondent au cadre d'analyse de la Commission sur les déterminants sociaux de la santé.

Résultats

Des écarts importants entre les populations urbaines et rurales ont été constatés dans le MICS3 et dans le MICS4. Bien que la fréquentation des soins prénatals et les taux d'accouchement des établissements de santé se soient nettement améliorés entre les enquêtes (de 86,3 à 92,1% et de 76,2 à 89,7%, respectivement), les inégalités ont augmenté, en particulier entre les ethnies. Le risque de ne pas accoucher dans un établissement de santé a augmenté de façon significative chez les femmes issues des minorités ethniques des zones rurales. En 2006, ce risque était près de cinq fois plus élevé que chez les femmes de l'ethnie majoritaire Kinh/Hoa (rapport des cotes, RC: 4,67, intervalle de confiance IC à 95%: de 2,94 à 7,43); en 2010-2011, il a presque été multiplié par 20 (RC: 18,8; IC à 95%: de 8,96 à 39,2).

Conclusion

L'inégalité dans l'utilisation des soins de santé maternelle a augmenté progressivement au Viet Nam, principalement chez les ethnies, et les groupes vulnérables du pays risquent d'être laissés pour compte. Les décideurs des soins de santé devraient cibler ces groupes, en mettant en place une action positive et des interventions tenant compte de la culture.

Partager