Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Suppression virale après 12 mois de traitement antirétroviral dans les pays à revenu faible et intermédiaire: bilan systématique

James H McMahon, Julian H Elliott, Silvia Bertagnolio, Rachel Kubiak & Michael R Jordan

Objectif

Estimer la suppression virale dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI) chez des patients ayant reçu un traitement antirétroviral (TAR) contre l'infection due au virus de l'immunodéficience humaine (VIH).

Méthodes

Des données sur la suppression virale après 12 mois de TAR dans les PRFI ont été recueillies à partir d'articles publiés entre 2003 et 2011 et de comptes rendus de conférences qui ont eu lieu entre 2009 et 2011. Comme estimations sommaires, on a utilisé des proportions globales pour les populations en cours de traitement et ayant l'intention d'être traitées. On a utilisé des modèles d'effets aléatoires pour les groupes d'études hétérogènes (I2> 75%).

Résultats

Dans l'ensemble, 49 études couvrant 48 cohortes et 30 016 individus respectaient les critères d'inclusion. Avec des seuils de suppression allant de 300 à 500 copies d'acide ribonucléique (ARN) viral par ml de plasma, 84,3% (intervalle de confiance de 95%, IC: 80, 4–87,9) de la population en cours traitement analysée et 70,5% (95% IC: 65,2–75,6) de la population ayant l'intention d'être traitée indiquaient une suppression. L'utilisation de différents seuils d'ARN viral changeait les proportions montrant la suppression: à 84% et 76% de la population en cours de traitement avec des seuils fixés respectivement à plus de 300 et à 200 copies ou moins d'ARN par ml, et à 78%, 71% et 63% de la population ayant l'intention d'être traitée à des seuils fixés respectivement à 1 000, 300 à 500, et à 200 copies ou moins par ml.

Conclusion

Les estimations globales de la suppression virale enregistrées après 12 mois de TAR dans les PRFI indiquent que d'autres programmes de TAR peuvent être utilisés pour définir des objectifs réalistes et pour créer une modélisation prédictive. Les conclusions de cette étude suggèrent que l'objectif international actuel – la suppression virale chez plus de 70% des personnes qui ont l'intention de se soigner, avec un seuil de 1 000 copies par ml – devrait être revu à la hausse.

Partager