Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Taux d'épisiotomie des femmes nées au Viet Nam et accouchant Australie: soutenir un changement de la pratique obstétricale au Viet Nam

Anh T Trinh, Amina Khambalia, Amanda Ampt, Jonathan M Morris & Christine L Roberts

Objectif

Décrire le recours à l'épisiotomie chez les femmes nées au Viet Nam et accouchant en Australie, y compris les facteurs de risque et les répercussions sur la grossesse associées à l'épisiotomie.

Méthodes

Cette étude de cohorte rétrospective axée sur la population a inclus des données de 598 305 singletons nés par voie vaginale, à terme (à savoir ≥ 37 semaines) et en présentation céphalique entre 2001 et 2010. Ces données ont été obtenues à partir d'informations associées et validées sur les naissances au niveau de la population et les hospitalisations. Des tableaux de contingence et une analyse multicritères ont été utilisés pour comparer les facteurs de risque et l’aboutissement de la grossesse chez les femmes qui ont ou n'ont pas subi d'épisiotomie.

Résultats

Le taux d'épisiotomie chez 12 208 femmes nées au Viet Nam a été de 29,9%, par rapport à 15,1% chez les femmes nées en Australie. Parmi les femmes nées au Viet Nam, la probabilité d’être primipares, d'avoir accouché dans un hôpital privé, d'avoir induit le travail ou subi un accouchement par instruments était considérablement supérieure chez celles qui avaient subi une épisiotomie que chez celles qui n'en avaient pas subi. Chez ces femmes, l’épisiotomie a été associée à une hémorragie du post-partum (odds ratio ajusté, ORa: 1,26; intervalle de confiance IC à 95%: de 1,08 à 1,46) et à une hospitalisation postnatale pendant plus de 4 jours (ORa: 1,14; IC 95%: 1,00-1,29). Chez les femmes multipares seulement, l'épisiotomie a été positivement associée à une déchirure périnéale du troisième ou quatrième degré (ORa: 2,00; IC 95%: 1,31 à 3,06); en revanche, chez les femmes primipares, l'association a été négative (ORa: 0,47; IC 95%: 0,37 à 0,60).

Conclusion

L'épisiotomie a été réalisée chez beaucoup moins de femmes nées au Viet Nam et accouchant en Australie que chez celles qui ont accouché au Viet Nam, où plus de 85% subissent la procédure, et elle n'a pas été associé à des résultats négatifs. Une baisse du taux d'épisiotomie devrait être possible au Viet Nam.

Partager