Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Intégration de programmes de soins complets pour les femmes dans les systèmes de santé: prévention, traitement et lutte contre le cancer du col de l'utérus au Rwanda

Agnes Binagwaho, Fidele Ngabo, Claire M Wagner, Cathy Mugeni, Maurice Gatera, Cameron T Nutt & Sabin Nsanzimana

Problème

Bien qu'il soit possible de le prévenir et de le guérir, le cancer du col de l'utérus est le cancer le plus fréquent et le plus mortel chez les femmes au Rwanda.

Approche

En mobilisant une coalition hétéroclite de partenariats, le Rwanda est devenu le premier pays d'Afrique à développer et à mettre en œuvre un plan stratégique national pour la prévention, le dépistage et le traitement du cancer du col de l'utérus.

Environnement local

Le Rwanda, un petit pays enclavé d'Afrique orientale, comptant 10,4 millions d'habitants, est bien positionné pour s'attaquer à un certain nombre de maladies non transmissibles constituant un «lourd fardeau». La réaction intégrée du pays aux maladies infectieuses a entraîné une forte diminution de la mortalité prématurée au cours de la dernière décennie.

Changements significatifs

En 2011-2012, le Rwanda a vacciné 227 246 jeunes filles avec les trois doses du vaccin contre le virus du papillome humain (VPH). Parmi les jeunes filles admissibles, les taux d'administration des trois doses ont atteints 93,2% et 96,6% en 2011 et 2012, respectivement. Le pays a également lancé des programmes nationaux de dépistage et de traitement, basés sur l'inspection visuelle du col avec de l'acide acétique, le test de dépistage de l'ADN du VPH, la cryothérapie, la technique d'excision électrochirurgicale à l'anse et différentes options de traitement avancé.

Leçons tirées

Les pays à faible revenu devraient commencer à lutter contre le cancer du col de l'utérus en intégrant la prévention, le dépistage et le traitement dans les services de soins de santé féminins de routine. Cela exige une volonté politique, une collaboration et une planification intersectorielle, des partenariats innovants, ainsi qu'un suivi et une évaluation solides. Avec un soutien externe et une planification adéquate, on peut atteindre en quelques années des taux nationaux élevés de vaccination contre le VPH et de dépistage du cancer du col de l'utérus.

Partager