Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Comparaison de deux méthodes d'inspection visuelle pour le dépistage du cancer du col de l'utérus chez les femmes infectées par le VIH au Kenya

Megan J Huchko, Jennifer Sneden, Hannah H Leslie, Naila Abdulrahim, May Maloba, Elizabeth Bukusi & Craig R Cohen

Objectif

Déterminer la stratégie optimale pour dépister le cancer du col de l'utérus chez les femmes infectées par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) en comparant deux stratégies: l'inspection visuelle du col de l'utérus en utilisant de l'acide acétique (IVA) et l'IVA suivie immédiatement par une inspection visuelle en utilisant du soluté de Lugol (IVA/IVL) chez les femmes ayant obtenu un résultat positif pour l'IVA.

Méthodes

Les données provenant d'un programme de dépistage du cancer du col de l'utérus mis en œuvre dans deux sites cliniques pour le VIH dans l'ouest du Kenya ont été évaluées. Les femmes qui consultaient dans un site central ont été examinées par IVA alors que les femmes qui consultaient dans un site périphérique ont été examinées par IVA/IVL. Toutes les femmes présentant un résultat positif pour une néoplasie intraépithéliale du col de l'utérus de grade 2 ou supérieur (CIN 2+) après examen par IVA et/ou IVL ont ensuite eu une colposcopie de confirmation, avec une biopsie si nécessaire. La positivité globale du test, la valeur prédictive positive (VPP) et le taux de détection des lésions CIN 2+ ont été calculés pour les deux méthodes de dépistage, avec la biopsie comme référence absolue.

Résultats

Entre octobre 2007 et octobre 2010, 2338 femmes ont été examinées par IVA et 1124 par IVA/IVL. Dans le groupe IVA, 26,4% des femmes ont obtenu un résultat positif pour des lésions CIN 2+; dans le groupe IVA/IVL, 21,7% des femmes ont obtenu un résultat positif (P < 0,01). Des lésions CIN 2+ confirmées histologiquement ont été détectées chez 8,9% et 7,8% (P = 0,27) des femmes dans les groupes IVA et IVA/IVL, respectivement. La VPP de l'IVA pour les lésions CIN 2+ confirmées par biopsie dans une seule série de dépistage était de 35,2%, contre 38,2% pour l'IVA/IVL (P = 0,41).

Conclusion

L'absence de différence entre l'IVA et l'IVA/IVL pour les taux de détection ou la VPP des lésions CIN 2+ suggère que l'IVA est une procédure de test simple, qui peut être utilisée seule comme stratégie de dépistage du cancer du col de l'utérus dans les pays à faible revenu.

Partager