Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Effet de la naissance d'un nouvel enfant sur la santé mentale des femmes qui ont perdu un enfant lors du tremblement de terre au Sichuan de 2008: une étude transversale.

Yao Xu, Helen Herrman, Rebecca Bentley, Atsuro Tsutsumi & Jane Fisher

Objectif

Évaluer si la naissance d'un nouvel enfant a eu un effet sur la santé mentale des mères chinoises qui ont perdu un enfant pendant un tremblement de terre.

Méthodes

Une étude transversale sur des mères endeuillées a été menée 30 à 34 mois après le tremblement de terre au Sichuan de 2008, en faisant appel à des entretiens structurés individuels permettant d'évaluer les caractéristiques sociodémographiques, ainsi que les expériences et la santé mentale après la catastrophe. Ces entretiens comprenaient des mesures psychométriques normalisées de l'anxiété, de la dépression, des troubles de stress post-traumatique (TSPT) et du deuil compliqué (DC). Le soutien social a également été évalué. Un modèle ajusté tenant compte des facteurs perturbateurs potentiels a été utilisé pour étudier toute association entre les symptômes psychologiques et la naissance d'un nouvel enfant.

Résultats

La prévalence des symptômes psychologiques était supérieure chez les mères qui n'ont pas eu d'autre enfant après avoir perdu le premier. Dans un modèle ajusté, les symptômes d'anxiété (rapport des cotes, RC: 3,37; intervalle de confiance, IC de 95%: 1,51–7,50), de dépression (RC: 9,47; IC de 95%: 2,58–34,80), de TSPT (RC: 5,11; IC de 95%: 2,31–11,34) et de DC (RC: 10,73; IC de 95%: 1,88–61,39) étaient significativement plus élevés chez les 116 femmes qui n'ont pas eu un autre enfant que chez les 110 mères qui en ont eu un autre après le décès du premier. Plus des deux tiers des mères qui ont eu un nouvel enfant présentaient des symptômes psychologiques cliniquement importants.

Conclusion

Les femmes qui ont perdu leur enfant unique dans une catastrophe naturelle sont particulièrement vulnérables aux problèmes psychologiques à long terme, surtout si elles ont atteint un âge où il est difficile de concevoir. La recherche devrait se concentrer sur le développement et l'évaluation des interventions destinées à apporter aux femmes un soutien psychosocial et des services de santé génésique.

Partager