Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Les bons peuvent-ils donner de bons résultats? Une évaluation des allocations de la santé maternelle au Cambodge

Ellen Van de Poel, Gabriela Flores, Por Ir, Owen O’Donnell & Eddy Van Doorslaer

Objectif

Évaluer l'effet des bons pour les soins de maternité dans les établissements publics de santé sur l'utilisation des services de santé maternelle au Cambodge.

Méthodes

L'étude a utilisé des données tirées de l'Enquête démographique et sanitaire du Cambodge de 2010, qui couvre les naissances ayant eu lieu entre 2005 et 2010. L'effet des programmes de bons, mis en œuvre au départ en 2007, sur l'utilisation des services de santé maternelle a été quantifié en utilisant la méthode des doubles différences, qui a comparé les variations d'utilisation dans les districts bénéficiant de programmes de bons avec les variations d'utilisation dans les districts sans programme de bons.

Résultats

En général, les programmes de bons étaient associés à une augmentation de 10,1 points de pourcentage (pp) de la probabilité d'accouchement dans un établissement public de soins de santé. Chez les femmes issues des 40% des ménages les plus pauvres, l'augmentation était de 15,6 pp. Les bons étaient responsables d'environ un cinquième de l'augmentation observée pour les accouchements dans les établissements des districts bénéficiant de programmes de bons. Les programmes de bons universels ont eu un effet plus important sur la probabilité d'accouchement dans un établissement public que les programmes ciblant les femmes les plus pauvres. Les deux types de programmes ont augmenté la probabilité de bénéficier de soins postnatals, mais cette augmentation était uniquement significative chez les femmes non pauvres. Le programme de bons universels et non ciblés a considérablement augmenté la probabilité de bénéficier de soins anténatals.

Conclusion

Les programmes de bons ont augmenté le nombre d'accouchements dans les centres de santé et, dans une moindre mesure, amélioré les soins anténatals et postnatals. Cependant, les programmes ciblant les femmes les plus pauvres n'ont pas paru efficaces, car ces femmes étaient plus susceptibles que les femmes moins pauvres d'être incitées à accoucher dans un établissement public de soins de santé, même avec des programmes de bons universels.

Partager