Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Progrès vers la couverture de santé universelle dans le groupe BRICS: traduire la croissance économique en une meilleure santé

Krishna D Rao, Varduhi Petrosyan, Edson Correia Araujo & Diane McIntyre

Le Brésil, la Fédération de Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud – les pays connus sous le nom de BRICS – représentent quelques-unes des grandes économies ayant connu la croissance la plus rapide dans le monde et près de 40% de la population mondiale. Au cours des 2 dernières décennies, le groupe BRICS a engagé des réformes de son système de santé pour atteindre la couverture de santé universelle. Cet article aborde les 3 aspects clés de ces réformes: le rôle du gouvernement dans le financement de la santé; la motivation profonde derrière ces réformes; et la valeur des leçons tirées pour les pays non-BRICS. Bien que les gouvernements nationaux jouent un rôle majeur dans ces réformes, le financement privé constitue une part importante des dépenses de santé dans le groupe BRICS. Il existe une dépendance à l'égard des dépenses directes en Chine et en Inde et à l'égard d'une présence importante des assurances privées au Brésil et en Afrique du Sud. Les réformes de la santé du Brésil ont fait suite à un mouvement politique qui a fait de la santé un droit constitutionnel, alors que les réformes en Chine, en Inde, en Fédération de Russie et en Afrique du Sud ont représenté des tentatives visant à améliorer la performance du système public et à réduire les inégalités de l'accès aux soins. Les progrès vers la couverture de santé universelle ont été lents. En Chine et en Inde, les réformes n'ont pas abordé suffisamment le problème des paiements restants à charge. Les négociations entre les entités nationales et infranationales ont souvent été difficiles, mais le Brésil a pu parvenir à une coordination adéquate entre les entités fédérales et étatiques grâce à une délimitation constitutionnelle des responsabilités. Dans la Fédération de Russie, le manque de coordination a entraîné un regroupement fragmenté et une utilisation inefficace des ressources. Dans les systèmes de santé à financement mixte, il est essentiel de maîtriser à la fois les ressources des 2 secteurs: public et privé.

Partager