Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Conférence 2014 de l’OMS sur la santé et le climat

Maria Neiraa

a. Département Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé, Organisation mondiale de la Santé, 20 Avenue Appia, 1211 Genève 27, Suisse

Pour toute correspondance, s’adresser à Maria Neira (courriel : neiram@who.int).

Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé 2014;92:546. doi: http://dx.doi.org/10.2471/BLT.14.143891

Comme cela a été mentionné ailleurs dans ce numéro du Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé, la santé humaine et le changement climatique sont liés de façon inextricable.1-3 Ce mois-ci, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) va réunir pour la première fois des représentants gouvernementaux de haut niveau, des partenaires au développement et des experts techniques pour une conférence mondiale sur la santé et le climat. Quels sont les objectifs de la conférence ? Comment compte-t-elle donner aux pays les moyens d’agir pour protéger la santé des risques climatiques et faire en sorte que la lutte contre le changement climatique soit bénéfique pour la santé ? Pourquoi est-elle nécessaire maintenant ?

Le premier objectif est de fournir des preuves aux acteurs de la santé pour qu’ils se saisissent de cette question. Dans son rapport de mars 2014, le Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat 4 a présenté les derniers éléments relatifs aux risques sanitaires du changement climatique. Il est arrivé à la conclusion que le changement climatique a principalement pour effet d’exacerber les problèmes sanitaires existants mais qu’il a également des conséquences sur la sûreté de l’approvisionnement en eau, ainsi que sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. En outre, les populations les plus vulnérables sont celles qui sont déjà les plus touchées par les maladies liées au climat.

Le rapport présente des scénarios alarmistes pour le climat, notamment un réchauffement de 4 à 7 °C sur la plus grande partie du globe d’ici 2100 ; si cela se produisait, plusieurs seuils seraient franchis. Un tel réchauffement pourrait rendre la pratique de l’exercice physique en extérieur extrêmement dangereuse dans plusieurs régions pendant les mois les plus chauds de l’année. Certains habitats humains pourraient purement et simplement disparaître en raison de l’élévation du niveau des mers et de la submersion des pays de faible altitude qui en résulterait. Le changement climatique est une menace pour l’élément essentiel du développement durable : la santé humaine.

De nouvelles études et des expériences pratiques peuvent permettre de prendre les mesures appropriées. Il apparaît que la réduction de la pauvreté et les programmes de prévention sanitaire peuvent atténuer la vulnérabilité face à certains des risques que pose le changement climatique et peuvent également réduire ces risques. Les données montrent en outre que les mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et la pollution de l’air peuvent avoir des bénéfices importants pour la santé. On estime que la pollution de l’air cause un décès sur huit ;5 par conséquent, la réduction des émissions de noir de carbone et d’autres polluants à courte durée de vie pourrait non seulement ralentir le réchauffement mais également éviter presque 2,5 millions de décès chaque année.6

Les décès et les maladies ainsi évités pourraient contrebalancer la plus grande partie du coût de l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre.7 Les arguments, les données scientifiques et les voix de la communauté sanitaire doivent être entendus dans le but de mettre sur pied des politiques plus rentables, bénéfiques d’un point de vue social et qui recueilleraient une large approbation.

La conférence de l’OMS explorera les façons d’accroître la résilience de la santé par rapport aux risques climatiques, par exemple grâce à l’amélioration des services de santé, d’approvisionnement en eau et d’assainissement. Les participants débattront aussi de la meilleure façon de faire en sorte que les options de développement plus durables et à faibles émissions de carbone permettent la création d’environnements urbains plus agréables et la prestation de soins de santé de meilleure qualité. Des programmes mis en œuvre dans le monde entier et les initiatives internationales soutenues par le système des Nations Unies (par exemple le Cadre mondial pour les services climatologiques) seront présentés.

La conférence doit constituer une avancée importante dans le traitement d’un enjeu qui pourrait bien être déterminant en matière de santé publique au cours du XXIe siècle.8 Les principaux mécanismes internationaux de la santé doivent être étroitement connectés aux mécanismes relatifs au changement climatique. Le lien entre le climat et la santé a été choisi comme thème de la discussion générale de l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2014 ; il constituera également le point de départ de la conférence. Les conclusions de la conférence serviront de base aux discussions à venir de l’Assemblée mondiale de la Santé portant sur l’actualisation des travaux de l’OMS relatifs à la pollution atmosphérique, au changement climatique et à la santé.

Certes, les acteurs de la santé peuvent faire bouger les choses au sein de leurs propres ministères ou de leurs propres institutions, mais les réponses vraiment efficaces en matière de santé publique dépendront des mesures prises dans tous les secteurs du gouvernement et par d’autres partenaires. Le moment et le contenu de la conférence ont donc été fixés afin que le secteur de la santé contribue pleinement à tous les accords internationaux sur le changement climatique qui pourraient découler des délibérations du Sommet sur le climat, organisé en septembre 2014 à New York par le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban KiMoon, ainsi que des débats de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui aura lieu à Paris en décembre 2015.

Ces dernières années, de nombreux pays ont considérablement avancé dans la protection de la santé de leur population face au changement climatique. Nous espérons que cette conférence incitera et aidera d’autres pays à faire de même.


Références

Partager