Campagnes mondiales de santé publique de l'OMS

Journée mondiale de lutte contre le paludisme 2017

25 avril 2017

La Journée mondiale de lutte contre le paludisme est l’occasion d’insister sur la nécessité de continuer à investir et de soutenir l’engagement politique en faveur de la prévention du paludisme et de la lutte.

Donner une impulsion à la prévention

Cette année, le thème mondial de cette journée est: En finir définitivement avec le paludisme. Dans cette période conduisant au 25 avril, l’OMS oriente les projecteurs sur la prévention, une stratégie cruciale pour réduire l’impact de cette maladie qui continue de faire plus de 400 000 morts par an.

Depuis 2000, la prévention a joué un rôle important pour faire reculer le nombre des cas et des décès, principalement grâce au déploiement des moustiquaires imprégnées d’insecticide et des pulvérisations d’insecticide à l’intérieur des habitations.

Dans toute l’Afrique subsaharienne, qui concentre une lourde part de cette maladie, une proportion plus importante de la population dort sous des moustiquaires imprégnées d’insecticide. On a estimé qu’en 2015, 53% de la population à risque dormait sous une moustiquaire imprégnée, contre 30% en 2010. Dans 20 pays africains, le nombre des traitements préventifs pour les femmes enceintes a été multiplié par 5 entre 2010 et 2015.

«En 2015, il y a eu 212 millions de nouveaux cas de paludisme et 429 000 décès. Un enfant meurt du paludisme toutes les deux minutes.»

Rapport 2016 sur le paludisme dans le monde

L’intensification de la prévention donne des résultats: selon les dernières estimations de l’OMS, de nombreux pays ayant une transmission continue du paludisme ont sensiblement réduit leur charge de morbidité. À l’échelle mondiale, le nombre des cas de paludisme a baissé de 21% entre 2010 et 2015 et celui des décès de 29% sur la même période de 5 ans.

Un programme inachevé

Il faut néanmoins accélérer beaucoup les progrès. La Stratégie technique mondiale de l’OMS contre le paludisme demande une diminution de 40% du nombre des cas et des décès dus au paludisme d’ici 2020, par rapport à 2015. Moins de la moitié (40) des 91 pays du monde où il y a une transmission du paludisme sont dans les temps pour franchir cette étape. Les progrès ont été particulièrement lents dans les pays à faible revenu et ayant une forte charge du paludisme.

Pour accélérer les progrès vers ces cibles mondiales, l’OMS appelle les pays touchés et leurs partenaires du développement à augmenter leurs investissements dans la prévention du paludisme. Parallèlement, l’Organisation demande d’accroître le financement pour la mise au point, l’évaluation et le déploiement de nouveaux outils.

De solides investissements dans la prévention du paludisme et dans les nouveaux outils propulseront les pays sur la voie de l’élimination tout en contribuant à d’autres objectifs de développement durable, comme l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant.

Avec les ressources requises et l’union de tous les partenaires, nous pourrons inscrire notre vision commune, En finir définitivement avec le paludisme, dans la réalité.

Liens

Journée mondiale de lutte contre le paludisme
25 avril 2017