Médicaments essentiels pour les enfants

Les cibles

Défis et actions

La diminution de la mortalité de l’enfant et le traitement de ceux qui sont touchés par les grandes maladies sont des priorités mondiales exprimées dans les objectifs 4 et 6 du Millénaire pour le développement. En mai 2007, l’Assemblée mondiale de la Santé a adopté la résolution WHA60.20 «Amélioration des médicaments destinés aux enfants» fixant des objectifs et demandant aux États Membres et à l’OMS de prendre des mesures pour satisfaire les besoins mondiaux en médicaments pédiatriques.

L’organisme de l’enfant diffère de celui de l’adulte et métabolise autrement les médicaments. Il existe aussi des différences du même ordre entre les enfants d’âge, de poids et de conditions physiques diverses. Pourtant, de nombreux médicaments pour des maladies prioritaires n’ont été mis au point et étudiés que pour les adultes, entraînant l'absence de traitements adaptés aux enfants.

Avec ses partenaires, l’OMS a repéré les lacunes dans la recherche, le développement, les réglementations, les législations et l’approvisionnement qui devront être comblées pour s’assurer que les enfants reçoivent le bon médicament à la bonne posologie et au bon moment. L’OMS et ses partenaires vont, tout au long de cette campagne de cinq années, redoubler d’efforts pour atteindre des buts précis, sensibiliser et stimuler l’action de toutes les parties prenantes.


Principales lacunes de la recherche: les médicaments n’existent pas ou on ignore leur efficacité et leur innocuité
  • médicaments pour les traitements antituberculeux de seconde intention (tuberculose résistante aux médicaments existants);
  • médicaments pour la co-infection tuberculose/VIH;
  • médicaments pour les maladies négligées, dont la schistosomiase, la filariose et les géohelminthiases.
Principales lacunes concernant le développement de traitements: les médicaments, les recherches ou les connaissances existent, mais ils n'ont pas été développés ou adaptés
  • quatre associations à dose fixe (ADF) de qualité assurée contre le paludisme;
  • quatre ADF de qualité assurée contre le VIH/sida;
  • trois ADF de qualité assurée contre la tuberculose;
  • antibiotiques contre les infections néonatales.
Principales lacunes concernant l’accès au traitement: les médicaments existent mais ne parviennent pas à ceux qui en ont besoin
  • médicaments analgésiques;
  • sels de réhydratation orale (SRO) avec du zinc dans toutes les régions à forte incidence des maladies diarrhéiques;
  • antibiotiques spécifiques pour la pneumonie de l’enfant;
  • médicaments contre l’asthme.

Quelle sera l'action de l'OMS?

Pour atteindre ces buts, l’OMS invite toutes les parties prenantes à agir dans les domaines de la recherche, de la production, de la réglementation, de la législation, du renforcement des capacités et du financement. Elle donne également à l’industrie pharmaceutique des informations essentielles sur les besoins de santé publique et conseille les pays sur les questions de qualité, d’innocuité et d’efficacité des médicaments pédiatriques et sur la gestion de l’approvisionnement. Elle fournit en outre des informations sur la posologie, les structures et les directives thérapeutiques à toutes les parties prenantes.

Partager