Maladies chroniques et promotion de la santé

Prévention des maladies chroniques: un investissement vital


Conclusion

Les causes sont connues. La voie à suivre est claire.
A votre tour d’agir.

A bien des égards, nous sommes les héritiers des choix qui ont été faits par les générations antérieures: les politiciens, les chefs d'entreprises, les financiers et les gens ordinaires. Les générations futures seront à leur tour marquées par les décisions que nous prenons aujourd'hui. Chacun d'entre nous à le choix: pérenniser le statu quo or relever le défi et investir maintenant dans la prévention des maladies chroniques.

Le statu quo

Si l’on ne fait rien, 388 millions de personnes mourront de maladies chroniques au cours des 10 prochaines années, selon les estimations. Beaucoup de ces décès surviendront de façon prématurée, touchant les familles, les communautés et les pays. Leurs répercussions macroécono-miques seront importantes. Des pays comme la Chine, la Fédération de Russie et l’Inde pourraient voir amputer leur revenu national de $200 milliards à $550 milliards au cours des 10 prochaines années du fait des cardiopathies, des accidents vasculaires cérébraux et du diabète.

Investir maintenant

Avec un investissement accru dans la prévention des maladies chroniques, comme indiqué dans ce rapport, il sera possible d’éviter 36 millions de décès prématurés au cours des 10 prochaines années. Quelque 17 millions d’entre eux concerneraient des gens âgés de moins de 70 ans.

Ces décès évités pourraient également se traduire en gains non négligeables sur le plan de la croissance économique des pays.
Par exemple, le fait d’atteindre l’objectif mondial se traduirait par une croissance économique cumulée de $36 milliards en Chine, $20 milliards dans la Fédération de Russie et $15 milliards en Inde, au cours des 10 prochaines années. Le fait de refuser de se servir des connaissances dispo-nibles concernant la prévention et la maîtrise des maladies chroniques met inutilement en danger les générations futures. Rien absolument ne justifie que les maladies chroniques continuent d’abréger des millions de vies prématurément chaque année car elles sont oubliées dans les programmes de développement sanitaire, alors qu’on sait aujourd’hui comment les prévenir. Relever le défi de la lutte contre les maladies chroniques demande un certain courage et une certaine ambition. Le programme est vaste et audacieux, mais la voie à suivre claire.

Partager