Contractualisation et incitation à la performance

"Improving immunization equity through a public-private partnership in Cambodia"J. Brad Schwartz & Indu Bhushan, Bulletin of the World Health Organization, September 2004, 82(9)

Afin d'améliorer la couverture vaccinale, le Ministère de la Santé du Cambodge a passé des contrats avec des ONG qui étaient ainsi amenées à participer à la vaccination des enfants. Cette expérience a été menée à une assez large échelle puisqu'elle a concerné 9 districts ruraux du Cambodge. Les ONG ont été choisies sur la base d'une compétition ouverte au niveau international. Le contrat prévoyait une rémunération pour services rendus sur la base d'un prix per capita.

Comme résultat principal, il ressort, qu'après deux ans et demi d'essai, la proportion d'enfants entièrement vaccinés a sensiblement augmenté dans les districts ayant eu recours aux services des ONG, notamment parmi les enfants les plus pauvres. L'analyse statistique qui est développée dans cet article est tout à fait solide et les résultats sont incontestables et très encourageant quant à l'intérêt du recours à la contractualisation avec les ONG pour améliorer la couverture vaccinale.

On peut cependant se poser une interrogation par rapport au titre de certain article qui parle de "partenariat public - privé". Il faut ici s'entendre sur les mots. Si le "partenariat public - privé" signifie qu'un détenteur de ressources financières (ici le Ministère de la Santé) préfère acheter la prestation de services plutôt que de produire lui-même ce service, alors les contrats passés dans ces expériences cambodgiennes sont bien un partenariat public - privé. Mais on peut aussi adopter une autre conception du partenariat: plutôt que de s'appuyer sur une logique du "faire faire", le partenariat repose davantage sur la logique du faire ensemble, c'est-à-dire sur une combinaison des efforts de tous les acteurs pour atteindre un but commun. Mais si l'article, contrairement à son titre, ne s'attarde pas beaucoup sur ces aspects, il semble bien que la conception du partenariat dans ces expériences est davantage celle de la logique du "faire faire" que du "faire ensemble".

Commentaires proposés par Jean Perrot, économiste au département "Health System Financing, Expenditure and Resource Allocation (FER)", Organisation mondiale de la Santé (OMS)

Partager